Mot-clé - Petr Svoboda

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 5 mars 2017

Déchaînés sur la piste. (ChE athlé en salle)

Belgrade était en fête. Les invités ne sont pas tous venus. Ceux qui ont fait le déplacement ont vraiment profité du séjour. Kevin Mayer, Floria Gueï et Pascal Martinot-Lagarde ne sont pas les derniers quand il s’agit de se déchaîner sur la piste.

Les Championnats d’Europe d’athlétisme en salle – comme tous les championnats d’athlétisme en salle à vrai dire – ne bénéficient que rarement d’un très beau plateau. Si certaines stars du circuit en font un réel objectif, beaucoup préfèrent faire l’impasse pour se concentrer sur la préparation de la saison estivale. C’est particulièrement vrai dans les disciplines adaptées aux contraintes d’une salle. Il ne faudrait toutefois pas dévaloriser ces médailles, a fortiori quand elles sont obtenues en réalisant des performances extraordinaires. Ça, c’est dans l’idéal. En pratique, la façon dont tout a été organisé lors de ces 3 jours d’épreuves dévalue de fait la compétition. La fédération européenne (généralement dénommée European Athletics) fait n’importe quoi. La programmation et la réalisation télé peuvent être qualifiées de désastre. La construction de la piste et la mise en place du système de départ/chronométrage a aussi posé d’énormes problèmes au point de mettre un bordel sans nom dans ce programme déjà terriblement mal conçu. Le public serbe n’est pas en cause, il a répondu présent, a soutenu sa star, malheureusement on ne retiendra pas grand-chose d’autre de positif.

Lire la suite...

samedi 30 juin 2012

ChE athlé, J4 : super Nana(s).

La 8e et pénultième session des Championnats d’Europe d’athlétisme a été marquée par quelques performances brillantes et par… la pluie. Le sport féminin français était en grandes difficultés à Pékin, il y a un net redressement depuis quelques temps, notamment en athlétisme. Les filles de l’équipe de France ont particulièrement fait honneur au maillot aujourd’hui, mais on n’oubliera pas de saluer les performances des hommes, et notamment un de ces hommes, sans doute le plus grand anonyme de la délégation, un anonyme au nom marquant – c’est paradoxal – et à l’attitude irréprochable : largué, Denis Mayaud aurait pu abandonner, mais pas en portant ce maillot.
Dans le titre je n’ai pas voulu associer "Nana" et/ou "femmes" avec le mot "maillot", ça aurait pu être mal compris…

Lire la suite...