Mot-clé - Quick Step

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 12 juillet 2017

Variation sur le même thème. (TdF 2017, E11)

Navrantes. Les étapes de plat du Tour de France 2017 sont plus navrantes les unes que les autres. Mais qu’attendent les adversaires de la Quick Step pour enfin réagir ? Un coup de pot… ou de Pau ? Même pas, puisqu’elles ne tentent rien pour le provoquer.

Allez, je suis sévère, en réalité un homme a bien manœuvré lors de cette journée de transition. Il a été victime d’une grande bande de demeurés tous à la solde du maître du sprint, l’homme qui étape après étape claque les fesses de chacun de ses adversaires pour les remercier d’avoir fait de leur mieux pour lui permettre de les éclater. Le cyclisme sur route est un sport de masochistes.

En fait, contrairement à ce qu’on entend souvent, les cons, ça n’ose rien, et c’est à ça qu’on les reconnaît.

Lire la suite...

vendredi 7 juillet 2017

J’en passe 213499994 et j’en retiens 6. (TdF 2017, E7)

Entre Aube et Nuits, l’heure était de la sieste. Donc_la__Kittel_a_gagne._Euh.jpg La 7e étape du Tour de France 2017 aura été encore plus ennuyeuse que les précédentes. Un exploit en soi. En plus d’être absolument nulle, elle était fourbe : son tracé a permis aux commentateurs de faire croire qu’il allait se passer quelque chose, et au final… Rien. Absolument rien. Pire, de ces 213,5km, on ne retiendra qu’une image arrêtée, celle de la photo-finish, certainement la plus folle de l’Histoire du cyclisme sur route.

Marcel Kittel (QST) n’a pas gagné d’un rien, il a gagné de rien. Où est l’écart ? Edvald Boasson Hagen (DDD) méritait d’être désigné vainqueur ex-aequo ! On nous annonce 6 millimètres d’écart. Prenez une règle, regardez ce que ça représente, vous comprendrez qu’on nous enfume. Rappelons qu’il ne s’agit que de l’interprétation de la photo-finish par des êtres humains, le résultat annoncé n’est pas une vérité absolue. J’avoue avoir de gros doutes quant à la lucidité de ces gens, car comme vous le savez, quand il fait si chaud, il faut boire sans modération. Mais de l’eau claire, sinon, sur le vélo vous aller faire plus de chemin en zigzagant sur la route, et devant les écrans, vous allez voir flou. En partant de Champagne pour finir en Bourgogne, les suiveurs et membres de la caravane ont dû se pochetronner… du moins ceux qui ne conduisaient pas. Il paraît qu’on a retrouvé des bouteilles vides dans la cabine des chronométreurs…

Lire la suite...

jeudi 6 juillet 2017

Guerre de sprinteurs, épisode Troyes. (TdF 2017, E6)

En ce jeudi très chaud, sur le Tour de France, on s’est particulièrement ennuyé. 5h05 sur le vélo, 5h05 diffusées à la télé. 5 minutes intéressantes, les 5 dernières. Est-ce réellement une bonne chose pour le cyclisme ?

Au sein du peloton, on trouve des fous, ils sont partis à trois vers Troyes, ont passé la journée devant, n’avaient trois fois rien à gagner (seulement un dossard, un petit trophée symboliques, des points inutiles et quelques primes qui seront partagées avec leurs collègues et le staff)… En réalité, seuls les sponsors des équipes concernées ont apprécié le "spectacle". 5 heures d’exposition à la télé dans un programme qui cartonne, ça rentabilise vite l’investissement ! Certaines formations semblent même n’être sur le Tour que pour multiplier ces échappées publicitaires.

Heureusement, toute cette attente n’est pas totalement vaine. Au bout de l’ennui, c’est la guerre ! Les sprinteurs ne se font aucun cadeau, ils envoient du très lourd. Ça va à une vitesse folle, il y a de l’électricité dans l’air, les gars prennent des risques, ils frottent, on n’évite pas toujours la catastrophe, mais au moins il y a du spectacle, du vrai ! Qui plus est, des rivalités naissent ou réapparaissent. En sport, pour déterminer qui est le meilleur, on n’a encore rien inventé de mieux que la confrontation directe.

Lire la suite...

dimanche 2 juillet 2017

Strike ! (TdF 2017, E2)

Il ne se passait à peu près rien lors de la 2e étape du Tour de France, on avait droit à plus de 200 bornes sans grand intérêt entre l’Allemagne et la Belgique, les équipes de sprinteurs avaient cadenassé la course en appliquant des recettes ultra-classiques. Malgré la météo dégueulasse, la journée s’était déroulée sans accroc notable quand soudain…

La_chute_au_rond-point__incroyable_photo_du_Britannique_Chris_Auld_.jpg SPLASH ! BOUM ! BIM ! PAF ! Le strike ! Le Katusha en 3e position du peloton a glissé à la sortie d’un rond-point mal fichu, se transformant ainsi en boule lancée dans un jeu de quilles. Cet empilement de coureurs a eu des conséquences immédiates sur la fin de l’étape mais pourrait surtout en avoir à moyen terme si certains leaders ou équipiers directement concernés devaient en garder des séquelles.

Lire la suite...

mardi 12 avril 2011

L’enfer est pavé...

… et poussiéreux.

Mon Dieu ! Quelle épreuve ! D’ordinaire Paris-Roubaix est une course extrêmement difficile, probablement la plus difficile de toutes les grandes courses d’un jour. On surnomme cette course "l’Enfer du Nord", mais les secteurs pavés de Paris-Roubaix par beau temps, c’est pire que l’enfer !

On pourrait penser que les pavés sont pires quand il peut, mais non, car quand il pleut, au moins ils sont un peu nettoyés et la poussière ne se mêle pas à la "fête". La 109e édition s’est déroulée par très beau temps, il faisait chaud et très sec.

Lire la suite...

dimanche 3 avril 2011

Un trop bon camarade.

Sylvain Chavanel aurait dû remporter le Tour des Flandres. Il a terminé 2e derrière un Flamant, Nick Nuyens. Et pourtant, le Français était clairement le plus fort. Chavanel est malheureusement un trop bon camarade.

Tom Boonen était le leader de la Quick Step, Chavanel est un de ses équipiers. Tom Boonen a couru comme un cochon, a été incapable de se rendre compte qu’il n’avait pas les jambes pour gagner, il a plombé Chavanel. Dans le Français était tiraillé entre son ambition personnelle et celle de son boss.

Chavanel a fait toute la course. Je n’ai pas tout vu, seulement les 35 derniers kilomètres, mais d’après ce que j’ai compris, alors que le meilleur spécialiste français des courses d’un jour était seul à l’avant Boonen aurait attaqué, permettant à Fabian Cancellara – vainqueur l’an dernier et grand favori cette année – de le recoller puis de partir seul pour rejoindre le Français. En soi, c’est déjà très critiquable. Le pire est intervenu plus tard.

Lire la suite...