Mot-clé - Robin Leproux

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 6 août 2011

Un gros Paris : coup d’envoi.

Paris ne s’est pas fait en 1 jour. Entre le 31 mai, jour de l’annonce surprise d’entrée d’investisseurs qataris dans le capital du PSG, et le 6 août, date de la reprise de la Ligue 1 et de la signature de Javier Pastore, 67 jours sont passés, ils ont été particulièrement riches en événements, en spéculations, en coups médiatiques… et en bonnes nouvelles pour les supporters parisiens.

Je vais tenter une petite rétrospective des événements depuis l’annonce de l’arrivée des Qataris (la venue de Leonardo, la semaine folle du recrutement, la préparation) puis analyser l’effectif, les possibilités tactiques offertes à Kombouaré, le calendrier…

Deuxième partie, du 13 au 24 juillet : l’arrivée de Leonardo, le travail de fond peut commencer.

Lire la suite...

Un gros Paris : le temps du changement.

Paris ne s’est pas fait en 1 jour. Entre le 31 mai, jour de l’annonce surprise d’entrée d’investisseurs qataris dans le capital du PSG, et le 6 août, date de la reprise de la Ligue 1 et de la signature de Javier Pastore, 67 jours sont passés, ils ont été particulièrement riches en événements, en spéculations, en coups médiatiques… et en bonnes nouvelles pour les supporters parisiens.

Je vais tenter une petite rétrospective des événements depuis l’annonce de l’arrivée des Qataris (la venue de Leonardo, la semaine folle du recrutement, la préparation) puis analyser l’effectif, les possibilités tactiques offertes à Kombouaré, le calendrier…

Première partie, du 31 mai au 12 juillet : l’arrivée des Qataris, les premières recrues, le départ de Robin Leproux, Leonardo en approche.

Lire la suite...

dimanche 19 juin 2011

Lettre à Léo.

Cher Leonardo,

Tout d’abord, je tiens à te souhaiter un bon retour à la maison.

Lors de ton premier passage en terre parisienne, tu as marqué les esprits. Rares sont les joueurs étrangers à avoir laissé une trace si positive à Paris en ne restant qu’une saison, a fortiori en ne parlant pas français en arrivant. A vrai dire, la liste me semble se résumer à toi et Juan Pablo Sorin.

En tant que supporter du PSG ayant surtout connu les années difficiles du club depuis la fin des années 90, ayant souvent dû encaisser de violentes désillusions, je ne peux que me réjouir de l’arrivée d’un nouveau propriétaire ambitieux. Comment ne pas être heureux de la perspective de revoir nos couleurs briller de nouveau au firmament du football européen ? Comme des milliers d’autres Parisiens, je m’inquiète néanmoins d’une chose.

Lire la suite...

samedi 18 juin 2011

J'ai besoin d'un steak haché...

Sepp Blatter à la FIFA, Michel Platini à l'UEFA, Noël Le Graët à la FFF, Maître Moustache (Thiriez) à la LFP, Jöel Muller à la DTN (a priori c’est ce qui est prévu)...
Quelqu'un aurait un steak haché surgelé acheté Lidl ? A défaut je veux bien des graines germées allemandes… Un poison plus "traditionnel" m’irait aussi.

L’incompétence est-elle si généralisée dans le foot français que d’aucun veulent le faire entendre ? Comment les représentants des districts, des ligues et du monde professionnel ont-ils pu massivement voter pour le fossoyeur de l’image des Bleus, de la Fédération et plus globalement de l’image du foot ?

Lire la suite...

lundi 23 mai 2011

Le foot en ébullition (2/2) : état des lieux.

bandeau L1 2010-2011 Le résumé de la 37e journée de Ligue 1, le suspense avant la 38e étaient les sujets de la partie précédente, je continue avec le dernier match, quelques questions concernant le réel niveau de la L1 et les explications du suspense improbable pour le maintien. Il sera également question des Trophées UNFP, du putsch à Auxerre, des élections à la FFF, sans oublier l’extrême nervosité qui règne un peu partout, en particulier dans les tribunes. Pour finir, une petite histoire de stades…

6. Interrogation sur le niveau de la Ligue 1.

Il me restait un match à évoquer, Toulouse-Bordeaux. Comme on pouvait s’y attendre, 3 jours après avoir reçu et battu le PSG grâce à un très grand Carrasso, ce qui finalement aura assuré le maintien, les Girondins étaient nettement moins fringants et concernés – Carrasso compris – en se rendant chez leur seul concurrent régional. Toulouse a assuré son maintien en gagnant 2-0, 2 buts sur CPA, le premier de Mauro Cetto, qui a eu la classe de marquer le but du maintien pour son dernier match à domicile en tant que Toulousain avant d’aller jouer ailleurs (il a profité d’un CF détourné par Carrasso), le second par Capoue, très rarement buteur mais auteur d’une belle tête croisée sous la barre sur une très bonne combinaison sur CF. Un but en première, un but en seconde période, et en voiture Simone.

Lire la suite...

jeudi 19 mai 2011

Les racines du mal (ou quand Leproux s'affiche).

bandeau L1 2010-2011 Accrochez-vous, car pour commencer cette analyse de Bordeaux-PSG (36e journée de Ligue 1), je vais retranscrire les déclarations de Robin Leproux.

Des conneries sorties par le président d’un club de football, j’en ai entendu des centaines, mais d’aussi pitoyables, rarement.

«Je suis assez énervé, parce que les joueurs ont failli, ils sont passés complètement à côté de leur match. On avait un rendez-vous, je crois qu’ils n’ont pas bien saisi ce qu’il se passait, que le Paris Saint-Germain avait un rendez-vous important avec la Champions’ League, et puis on a fait un match sans engagement, sans prendre la mesure de l’enjeu qui pouvait être le nôtre. C’était sans envie, sans impact, et de dirait presque "pas sérieux". (…) Moi je défends mon groupe, j’essaie de le stimuler, mais lorsqu’il y a tout un club, tout un staff, des supporters qui sont dans l’attendre de de voir le PSG en Champions’ League, et pi qu’on fait un match comme ce soir où cette place de 3e nous tendait les bras un euh… Y’avait des signes ils étaient tous là, simplement il faut entrer sur le terrain avec un état d’esprit… J’dirais faut avoir faim, faut avoir envie. Bon là euh j’ai cru j’pense franchement qu’ils n’ont pas compris. (…)Ils n’ont pas pris la mesure de l’événement, on va régler ça entre nous. Euuuh… mais à force de nous tendre comme ça les bras, la 3e place on va passer à côté, même la 4e. Alors on va pas gâcher cette fin de saison, il va falloir battre Lille, Saint-Etienne, mais la balle n’est plus dans notre camp.» A la question «C’est quoi ? Mental ?», question à la con s’il en est, il répond «très certainement.»

Je crois surtout que Leproux n’a pas regardé le match et n’a pas pris la mesure de rien du tout, ni de la difficulté de la saison, ni de la fatigue, ni de l’adversité, ni de la situation de façon plus globale.

Lire la suite...

mercredi 11 mai 2011

Problème d’équilibre.

bandeau L1 2010-2011

Il paraît que les erreurs d’arbitrage s’équilibrent sur une saison… On fait comment, on rajoute des matchs ? Ce n’est pas sur les 4 prochaines rencontres que ça risque de s’équilibrer pour le PSG !

Hormis le péno oublié pour Caen au Parc juste avant l’ouverture du score parisienne, est-ce que vous pouvez me citer des rencontres lors desquelles le PSG aurait été favorisé par des décisions arbitrales erronées ? Certains me parleront du but de Camara contre Lyon, pourtant il n’était pas hors-jeu si on applique la règle à la lettre. On pourrait y ajouter le match contre Le Mans en Coupe de France avec le rouge de Camara qui aurait dû arriver plus tôt.

Lire la suite...

lundi 21 mars 2011

Tapis à Marseille.

bandeau L1 2010-2011

Voilà… Une saison foutue de plus. L’OM a gagné la Grande Sardinade, un match qui valait très cher, un match à 6 points (du coup il y a maintenant 6 points d’écart entre Marseillais et Parisiens). Le pari de Kombouaré a échoué, encore une fois.

Elimination en demi-finale de Coupe de la Ligue… En huitième de finale d’Europa League… Pas de qualification en Ligue des Champions (au mieux une 4e place en Ligue 1)… Il ne reste que la Coupe de France, que le PSG n’est même pas sûr de conserver. Kombouaré a flingué une saison mal débutée puis super bien relancée – lorsqu’il a ENFIN choisi de mettre Coupet sur le banc – au point de faire espérer de grandes choses aux joueurs, aux dirigeants et aux supporters. Il a tout gâché en tentant des coups de poker calamiteux.

Lire la suite...

mardi 15 février 2011

Aulas l’a bien mise aux Verts…

bandeau L1 2010-2011
On peut dire ce qu’on veut, que ses réactions et déclarations ne sont pas classes, pas dignes d’un président de club, surtout du président d’un gros club au côté donneur de leçon prononcé. On peut imaginer que le Conseil national d’éthique va le convoquer. Moi, j’ai juste envie de dire MERCI AULAS ET VIVE LE FOLKLORE !

Les affiches historiques, les derbies, les chocs, il faut que ça vive ! Le "derby du Nord" entre Lens et Lille passe comme une lettre à la poste, il faut un arbitrage "chapronien" pour réveiller l’atmosphère, les pouvoirs publics et Robin Leproux tentent de faire de la Grande Sardinade une affiche aseptisée, plus d’odeur, plus de goût, tenue correcte exigée, interdit de manger avec les doigts… C’est horrible ! Un peu de passion bordel ! Respectons les traditions, le folklore ! Le football est plus qu’un jeu, plus qu’un spectacle, plus qu’un business, c’est de la passion, des sentiments ! Veut-on tomber dans les mêmes travers que la NBA avec son programme "Respect for the game" ridicule qui sanctionne lourdement la moindre réaction humaine et veut faire des joueurs/entraîneurs/dirigeants une bande de robots ?

Heureusement qu’Aulas est là pour se faire détester, que les parents de José Anigo ont fait mettre son cerveau au coffre le jour de sa naissance et ont jeté la clé à l’intérieur… Bon, Anigo, on s’en passerait plus facilement que JMA… Lui, s’il n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Lire la suite...

dimanche 13 février 2011

Je sombre dans le pessimisme.

bandeau L1 2010-2011 Ça y est, les problèmes apparaissent… Il fallait bien que ça arrive, vue la façon du est gérée le PSG, les éviter semblait impossible. Lens a pris un point au Parc des Princes car malgré une nette domination les Parisiens n’ont pas réussi à convertir une de leurs occasions. Un classique. Ça aurait pu être pire, en 2010-2011 ces matchs se terminent en général par un 0-0 (Rennes à l’aller, Nice, Dortmund, maintenant Lens…), la saison passée le PSG encaissait un but et s’inclinait 0-1. 0-0, 0-1, le goût est le même, celui d’une défaite.

L’événement est que pour la première fois depuis des lustres le PSG sort d’un match sans avoir encaissé de but (à Montpellier c’était aussi le cas après 90 minutes, pas après 120). Les plus optimistes retiendront cette statistique et le point "sauvé" malgré les frayeurs causées par les contre-attaques lensoises.

Le mauvais arbitrage n’est pas la cause de ce qui dans les têtes et au classement équivaut à une défaite, surtout que le PSG a aussi eu l'occasion de profiter de mauvaises décisions, un match nul contre un relégable étrillé il y a un mois au même endroit avec presque les mêmes joueurs (surtout côté parisien). Pourquoi cette contre-performance ? Outre la belle résistance de Lensois "bien en place" comme on pouvait s’y attendre, 4 raisons sont facilement identifiables, elles sont toutes connectées :
1. la méforme de Nenê,
2. la transparence d’Erding,
3. les choix de Kombouaré,
4. la politique de recrutement de Robin Leproux et compagnie.
Vous comprendrez que chacune de 3 premières raisons découle des suivantes.

Lire la suite...

mercredi 26 janvier 2011

Un week-end pour les grands : J-B. is God ! (Ski alpin, 2/2.)

les sports d'hiver Jean-Baptiste Grange réalise des miracles. Il n’est pas fait comme nous, il n’est pas humain. Mais qui est-il ? D’où vient-il ? C’est simple : J-B. is God !

Il n’est pas né dans une étable, mais dans la famille Grange.
Ses courses sont diffusées sur la chaîne où travaille Frank Lebœuf, chaîne dont le site internet hébergeait mon ancien blog avant qu’un âne ne l’efface sans même me prévenir (bien pire qu’un âne, c’est un vrai §#%&@έ∂µÐ¿ de ±%ǿ¥Ώ, mais le contexte veut que je ne le traite que d’âne).
On ne peut que s’incliner devant lui…
A peine ressuscité il est monté aux Cieux (OK, sur la plus haute marche du podium, pas aux Cieux… mais c’est presque pareil).
Ses parents ont juste déconné lorsqu’ils l’ont appelé Jean-Baptiste, ils auraient dû l’appeler Jésus (éventuellement José), Emmanuel, un nom dans ce genre.

Bon, je m’enflamme un peu, je tape un peu haut, ça reste du ski, il n’y a pas de dieu en ski, il n’y en a qu’en football (Messi, la main de Dieu, Jorge Jesus, etc.), pourtant J-B. mérite des louanges. Comme Marlies Schild chez les femmes son meilleur niveau est nettement supérieur au meilleur niveau de tous les autres skieurs du circuit. Encore faut-il qu’il soit à son meilleur niveau ou au moins qu’il s’en approche. Après sa blessure de décembre 2009 la tête d’affiche du ski français a réussi un retour totalement improbable en remportant sa course de rentrée.

Lire la suite...

lundi 24 janvier 2011

A quel jeu joue-t-on ?

banderole Coupe de FranceS’il y a une chose à analyser dans les résultats de la Coupe de France, c’est la présentation qui est faite des résultats. Gardons en tête que l’important est de passer.

Le LOSC, dans son stade, recevait Wasquehal, son voisin. Le match avait été inversé, et comme le petit club de CFA2 avait accepté de laisser l’organisation au LOSC (au lieu de recevoir au Stadium Nord… recevoir chez l’équipe qu’on reçoit, en soi il y a un concept intéressant), et comme ça s’était chauffé entre les 2 clubs avec des attaques du président de Wasquehal à l’encontre de Michel Seydoux, les Lillois ont refusé de refiler plus de places au petit que le minimum réglementaire (quant à la recette, comme le LOSC est radin, ce sera le strict minimum). Puéril.

Lire la suite...

samedi 8 janvier 2011

Le reportage de salut public.

Jeudi soir (6 janvier 2011) sur France 2 un excellent reportage dénonçant les failles de la sécurité privée a été diffusé dans Envoyé Spécial. Les journalistes auteurs de cette enquête, Linda Bendali et Matthieu Lere, ont voulu s’intéresser à plusieurs domaines. Après avoir démontré que dans les aéroports, ça se passe n’importe comment, il était question… du Parc des Princes.

Et là, j’ai juste envie de dire merci.

Lire la suite...

mardi 14 décembre 2010

La paire de Nenê.

bandeau L1 2010-2011 Pour arriver à tenir Nenê les adversaires du PSG ont intérêt à avoir de solides bras… Mouaaaaah ! Bra(s), en anglais ne veut pas dire la même chose qu’en français…

:psg: Il va être ici question à la fois de VA-PSG, de l’actualité de ce début de semaine et de ce qui va suivre jusqu’à la trêve, voir même après.

Avec le PSG chaque match apporte son lot de surprises. Gagner à Valenciennes était prévu, c’est normal, déjà en CdL le mois dernier ça avait fait 3-1 pour le Paris en mettant beaucoup de remplaçants, alors en championnat avec la grosse équipe, a priori, aucun problème, même si cette fois Pujol était titulaire (longtemps incertain). Pourtant les hommes de Kombouaré ont failli se faire piéger, ils ont réussi à se faire peur bêtement et à réagir illico pour s’en sortir sans dommage.

Merci Anderson Luis de Carvalho ! Autrement dit, merci Nenê !

Lire la suite...