Mot-clé - Ruth Beitia

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 1 septembre 2016

Faites sauter la banque ! (DL Zürich)

La saison d’athlétisme touche bientôt à sa fin. La première moitié des finales de la Diamond League avait lieu jeudi soir à Zürich. Pour certains il suffisait de participer pour s’assurer de remporter la diamond race (et empocher la prime de 40 000$), mais le suspense demeurait de façon plus ou moins vive dans certaines épreuves. On a ainsi assisté à de gros retournements de situation ou des dénouements assez improbables.

Mine de rien, ces finales sont un bon moyen de faire le point sur ce qu’a été la saison dans les différentes spécialités. On voit que le niveau est monté très haut dans certaines, soit qu’un(e) athlète ait totalement dominé ou que la confrontation entre quelques concurrents ait permis de tirer tout le monde vers le haut alors que dans d’autres disciplines on a touché le fond, souvent faute de patron ou parce que les meilleurs ont refusé la confrontation. L’IAAF serait bien inspirée d’en tirer des enseignements pour améliorer la formule. En sprint – pourtant vitrine de l’athlétisme – on frise le grotesque.

Lire la suite...

samedi 27 août 2016

De l’art de faire la fête à la maison avec quelques potes. (DL Paris Saint-Denis)

31 médaillés dont 8 champions olympiques individuels (9 en comptant les relais). Pas mal pour un meeting d'athlétisme organisé moins d’une semaine après la cérémonie de clôture des JO !

Malgré le beau plateau – avec beaucoup de Français dont en principe 5 de nos 6 athlètes montés sur la boîte à Rio (il n’y avait pas de 110m haies au programme et Kevin Mayer a participé au concours de lancer du javelot) plus Pierre-Ambroise Bosse et Jimmy Vicaut – je ne m’attendais pas à une réunion de si haut niveau.

Lire la suite...

vendredi 17 juillet 2015

J’en suis resté (Di)baba !

Cette fois c’est indéniable, cette saison, la Diamond League est totalement folle ! Le Meeting Herculis a rivalisé avec les meilleurs épisodes de ce feuilleton débuté à Doha au mois de mai, ceci essentiellement grâce à des courses de mutants et de mutantes. A Lausanne la semaine dernière les concours avaient crevé l’écran, cette fois du 800m au 3000m, la piste du Stade Louis II de Monaco a été la scène d’un spectacle incroyable.

Ces performances n’étaient pas réellement attendues, ou du moins pas toutes. La plus dingue était espérée, les organisateurs ont fait de leur mieux pour la rendre possible. Pourtant, elle semblait impossible. Battre un record du monde vieux de 22 ans, réalisé à l’époque par une fille au profil plus que trouble – qui a disparu des radars depuis déjà bien longtemps à défaut de disparaitre de la liste des meilleures performances mondiales de tous les temps… je crois même qu’elle est entrée au Hall of Fame de l’IAAF à cause des règle débiles instaurées à sa création – qui tirait soi-disant ses capacités hors-normes à d’une miraculeuse soupe de tortue servie aux athlètes chinoises… A moins qu'il ne s'agisse d'une de ses comparses mutantes. Le fait que Genzebe Dibaba soit la sœur de la recordwoman du monde du 5000m et multiple championne du monde et olympique du 5000 et du 10000m permet de limiter les doutes que génèrent aujourd’hui toutes les explosions chronométriques. Elle ne sort pas de l’ombre d’un seul coup, on se dit que la Force est puissante dans sa famille. Tout le monde ne bénéficie pas de telles prédispositions génétiques et de l’exemple ainsi probablement que des conseils de son aînée. Sauf Florent Manaudou.

Lire la suite...

dimanche 17 août 2014

Never give up. (Zürich 2014, J6)

Zurich_2014_-.jpg «Never give up !» «Never give up», qu’ils disaient. Ils auraient aussi pu le dire en français : ne jamais baisser les bras, ne jamais abandonner, ne jamais lâcher l’affaire. L’équipe de France d’athlétisme met en œuvre cette devise. Ça donne de ces résultats ! Wahou ! Je me souviendrai toute ma vie de cette journée !

Le marathon masculin est souvent programmé le matin du dernier jour. Ces Championnats d’Europe n’ont pas dérogé à la tradition. De même que celle de finir les épreuves dans le stade avec les relais. Je ne suis pas fan de cette nouveauté apparue depuis quelques temps – essentiellement depuis que Bolt bat des records du monde avec sa troupe jamaïcaine – consistant à terminer par le 4x100m, car les risques de fautes donnant lieu à une disqualification sont beaucoup plus importants que sur 4x400m, et qui dit disqualification dit protêts, appels, multiples visionnages, d’où des situations aussi scandaleuses que l’an passé à Moscou pour nos filles dont les médailles d’argent remises sur le podium ont été retirées plusieurs heures après la course, après leur retour à l’hôtel. Une décision juste dans le sens où le passage hors zone était incontestable mais totalement honteuse car peu respectueuse de la procédure et surtout particulièrement inhumaine pour les vice-championnes du monde déchues après avoir vécu le bonheur de monter sur la boîte. Sans parler des relayeuses du pays classé 4e qui n’ont pas eu droit à leur podium car l’IAAF a pressé le mouvement pour finir à l’horaire prévu (laissant ainsi peu de temps au jury pour bien tout vérifier, or il y a énormément de choses à vérifier sur 4x100m, sur un 4x400m c’est plus simple). Mais ça, c’était il y a un an. Retournons à Zürich.

Lire la suite...

samedi 17 août 2013

Un peu avant la fin. (ChM athlé 2013, J8)

ChM athlétisme Moscou 2013 Moscou 2013, c’est bientôt terminé. Peut-être le public l’a-t-il enfin compris. Ou peut-être les organisateurs ont-ils décidé de faire le nécessaire pour limiter le nombre de sièges inoccupés.

Le programme de cette pénultième journée était sympathique, surtout pour le peuple russe, pas réellement passionné par l’athlétisme mais beaucoup plus par les succès de leurs représentants. De ce point de vue, ce samedi avait de quoi enthousiasmer le public moscovite. Pour l’équipe de France, les chances d’accroissement du butin étaient en revanche limitées. Néanmoins un exploit était dans le domaine de l’imaginable. A-t-il eu lieu ? Si vous ne le savez pas, lisez et regardez ce qui va suivre.

Lire la suite...

jeudi 28 juin 2012

ChE athlé, J2 : pépites d’or bleu.

Les météorologues finlandais sont souvent en arrêt-maladie pendant plusieurs mois à partir de juin. Pourquoi ? Parce que le temps dans ce pays est une catastrophe, on a droit à tout au cours de la même journée. Helsinki jeudi, ça a été du soleil et de la pluie, du ciel bleu et du ciel noir, des températures très basses pour la saison, du vent dans un sens, du vent dans l’autre sens… Un grand n’importe quoi.

Qui dit soleil et pluie en même temps dit arc en ciel. Selon certaines légendes on trouverait de l’or au pied des arcs en ciel. Eloyse Lesueur l’a prouvé, ce n’est pas une légende, il y en avait un beau quand elle a décroché sa – première ? – médaille d’or aux Championnats d’Europe d’athlétisme. Les sprinteurs ont suivi pour ramasser à leur tour leurs récompenses. La relève de l'athlétisme français se porte bien.

Lire la suite...