Mot-clé - Sammy Traoré

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 17 octobre 2011

En roue libre… à une cadence folle.

Ligue 1 saison 2011-2012 Le PSG s’est imposé facilement à l’extérieur contre Ajaccio (1-3), les Parisiens étaient en roue libre, ont joué sans forcer, au petit trop… pourtant ils poursuivent leur route à une cadence folle. Si Pastore avait fait danser les Ajacciens, le titre était tout trouvé : le tango corse (référence à la chanson de Fernandel). Rentrée jeudi de son périple en Amérique du Sud, la star du championnat n’a pas brillé. D’autres ont pris le relais, en particulier Gameiro, auteur d’un triplé et non d’un coup du chapeau car Carl Medjani avait égalisé à 1-1. Ce déplacement chez un relégable ne s’est pas avéré plus corsé que prévu – ah ah ah – car le promu n’a pas le niveau pour gêner le PSG même privé de plusieurs éléments importants (Lugano, Matuidi et Ménez étaient suspendus, Hoarau et Bisevac toujours convalescents, Bodmer n’est pas entré en jeu). Pour être juste, Ajaccio aussi était handicapé par quelques absences (notamment celles d’Ilan, Mostefa et Pierazzi).

Lire la suite...

samedi 6 août 2011

Un gros Paris : Leonardo frappe fort.

Paris ne s’est pas fait en 1 jour. Entre le 31 mai, jour de l’annonce surprise d’entrée d’investisseurs qataris dans le capital du PSG, et le 6 août, date de la reprise de la Ligue 1 et de la signature de Javier Pastore, 67 jours sont passés, ils ont été particulièrement riches en événements, en spéculations, en coups médiatiques… et en bonnes nouvelles pour les supporters parisiens.

Je vais tenter une petite rétrospective des événements depuis l’annonce de l’arrivée des Qataris (la venue de Leonardo, la semaine folle du recrutement, la préparation) puis analyser l’effectif, les possibilités tactiques offertes à Kombouaré, le calendrier…

Troisième partie, du 25 juillet au 6 août : Leonardo recrute Jérémy Ménez, Milan Bisevac et Blaise Matuidi puis Salavatore Sirigu et Momo Sissoko, et enfin Pastore.

Lire la suite...

dimanche 27 mars 2011

Paris à la relance.

Qu’est-ce que ça fait du bien !

Le PSG n’a pas gagné le tournoi de futsal de Bercy, mais peu importe, l’important était de s’amuser, de prendre du plaisir, de se lâcher. 14 buts marqués en 76 minutes, des gestes techniques, des combinaisons…

Un tournoi de futsal c’est sympa, on s’amuse, mais LE match du week-end était la réception de Juvisy en D1 féminine, la victoire été impérative pour se relancer complètement dans la course à l’Europe. Ça s’est remarquablement bien passé.

Lire la suite...

mardi 15 mars 2011

Si vous avez 13 minutes et envie de vous marrer...

Un After Foot en public à Marseille dans un amphi d'université (en présence de Bernard Lama notamment), ça inspire Julien Cazarre, tout comme son week-end passé à Madrid chez Fred Hermel… Le meilleur CSA de l’année ! Les chants de supporters sont exceptionnels !

Brandao, Edel, le PSG, l’OM, Lens, Eden Hazard, Erding, Sammy Traoré , Ribéry, le Real Madrid, Valbuena,… ça a distribué !

(L’émission a eu lieu juste avant Manchester United-OM.)

Observez bien les réactions de Daniel Riolo

vendredi 11 mars 2011

Doit-on être déçu ?

Bandeau Europa League

Stade magnifique doté d’une pelouse parfaite… mais tribunes très partiellement remplies, un aigle assez ridicule comme mascotte (en ce moment il n’y a pas de véritable aigle), une équipe très remaniée… A priori ça ressemblait à un match amical, c’était un match de coupe d’Europe.

Honnêtement, en voyant la composition d’équipe du PSG pour son 8e de finale aller d’Europa League au Stade de la Luz contre un Benfica ayant pour objectif principal de briller dans cette compétition, qui ne s’est pas dit que les Parisiens allaient à l’abattoir ?

Lire la suite...

jeudi 3 février 2011

Gui-Gui est Grand !

banderole Coupe de France Un de plus ! Martigues s’est ajouté à la liste des clubs qui espéraient réaliser l’exploit de sortir le Paris de la Coupe de France mais ont finalement dû se rendre à l’évidence : le pire tirage possible, c’est d’affronter le PSG.

Même avec 8 remplaçants sur 11 et Saaammmmmyy titulaire (+capitaine !) les Parisiens ont réussi à se sortir d’un traquenard terrible, un voyage en terre particulièrement hostile chez les charcleurs, un endroit où Paris Hilton aime séjourner car elle s’y sent très aimée «Paris ! Paris ! On t’en*ule ! », une contrée où l’OM est populaire au point qu’on est toujours prêt à lui donner un coup de main (un coup de main pour l’OM c’est un coup de crampons sur un joueur parisien, moins le PSG aura de joueurs valides, plus les chances de l’OM de finir dans les 3 premiers seront éloignées de 0), un horaire inhabituel (17h un mercredi, ceci dit Martigues en a encore moins l’habitude et joue très rarement en milieu de semaine), le 4e d’une série de 5 déplacements consécutifs…

Au moins les conditions de jeu étaient plutôt bonnes, une dizaine de degrés, du soleil, la pelouse la plus praticable connue par les Parisiens en match officiel depuis des temps immémoriaux. Les Rouge et Bleu étaient en rouge et bleu, leur maillot ressemblait à un vrai maillot… ça aurait pu être bien pire.

Je dois vous avouer que tout en restant très confiant sur la qualification, je n’étais pas rassuré…

Lire la suite...

mardi 11 janvier 2011

Le message.

banderole Coupe de France Débuter l’année par la Coupe de France, ce n’est pas désagréable, bien au contraire, quel meilleur moyen pour se remettre dans le bain de la compétition ?

C’est surtout sympathique quand on est supporter parisien, on voit les autres clubs se planter, se faire humilier par des éboueurs, des chauffeurs-livreurs, des pharmaciens, des caristes et autres éducateurs sportifs – qu’un éducateur sportif apprenne à vivre à des joueurs de L1, c’est tout un symbole – alors que systématiquement le PSG passe, peu importe qui est en face, terreurs ou marchands de glaces, Paris ne perd jamais la face.

Antonetti a critiqué le calendrier, prétextant que débuter l’année par les 32e de finale de la CdF serait un avantage pour les amateurs car ils peuvent s’entraîner pendant les vacances, et autres balivernes dans la même lignée. Il s’agit d’excuses ridicules qu’il tente sans doute de mettre dans la tête des gens pour la fois où il se plantera (cette fois il a mis 7-0 à une équipe de National, je présume que par le passé il a déjà dû être le dindon de la farce). Ses arguments sont faciles à contredire.

Lire la suite...

mercredi 5 janvier 2011

Maison Blanche-Paris, faux sommet international…

J’ai hésité à écrire ce que vous allez lire. Un match amical à la fin d’un stage de reprise de 3 ou 4 jours juste après la trêve hivernale, on n’a pas forcément grand-chose à en tirer, surtout géré de cette façon.

Forcément, avec un 32e de finale de Coupe de France au Parc des Princes samedi soir, il était impossible de jouer à fond cette exhibition donnée pour l’inauguration du nouveau stade de Marrakech dont la pelouse était magnifique. Plusieurs joueurs étaient absents, ce qui enlève encore un peu plus de signification au résultat. Sans Bodmer, Tiéné, Clément et Armand (ces 2 derniers, je ne les savais pas indisponibles… turista ?), ce n’est forcément pas la même chose (Sessegnon, je n’en parle même pas, pour moi il n’est déjà plus là).

Le plus kiffant en réalité c’est le fait d’avoir eu comme lever de rideau un match de l’OL… Et oui, les organisateurs ne s’y sont pas trompés, Paris, c’est un autre standing que Lyon… :sifflotte: B-) :psg:

Lire la suite...

jeudi 30 décembre 2010

En terrain hostile. (2/2)

bandeau L1 2010-2011 Je vous ai longuement résumé, analysé et commenté PSG-Monaco, passons à la dernière rencontre de l’année civile.

  • Nancy-PSG : mission impossible (guet-apens sur plastique).

Là, ça va aller un peu plus vite. Si M. Jaffredo a pêché par incohérence, M. Gautier a fait bien pire, il a tout simplement réécrit les règles du football dans l’indifférence quasi générale.

Malgré les absences (Armand suspendu, Tiéné et Bodmer blessé, Sessegnon pas dans le groupe suite à son clash avec Kombouaré la veille) ça s’est très bien passé pour le PSG pendant tout le début de la rencontre. Occasion dès la 2e minute grâce à une mauvaise sortie du gardien à la rencontre d’Hoarau, ça pousse sur le corner qui suit, plusieurs départs d’Hoarau dans la profondeur, une frappe cadrée difficilement repoussée par Gregorini, une grosse faute de Sami sur Hoarau qui filait en contre (si ça ne mérite pas de carton, qu’est-ce qui mérite un carton ?)… Nancy était presque à l’agonie.

Lire la suite...

jeudi 16 décembre 2010

La quête du titre.

Bandeau Europa League J’avais prévu de choisir comme titre "Opération kebab congelé". Saammmmyyy n’ayant pas fait des siennes pour son premier match de la saison – 2 ou 3 mauvaises passes, quelques fois pris de vitesse, une ou deux erreurs de marquage – grâce notamment à l’aide de Camara (capitaine), qui a bien assuré le coup, ce titre n’était pas très pertinent, il m'en fallait un autre.

Avec ces conneries d’étaler les derniers matchs de poule des deux compétitions européennes sur un maximum de journées on se retrouve avec des aberrations du genre de ce Karpaty L’viv-PSG débuté à 22h05 heure locale par -8°C en début de rencontre (ça a certainement dû baisser par la suite et atteindre les -10 à -13° annoncés). Le terrain était relativement praticable car paraît-il chauffé, il n’empêche qu’avec de légères chutes de neige – une neige très fine bien chiante – et une température si inférieure à 0 la surface de jeu s’est durcie, il y avait beaucoup de faux rebonds, le ballon rouge prenait plus de vitesse (aussi à cause de la fine particule neigeuse qu’on voyait voler quand le ballon passait dessus). Avec les lignes peintes, le ballon rouge sur sol marron/verdâtre, les maillots foncés des Parisiens et ceux rayés vert et blanc des Ukrainiens, esthétiquement, ce match d’Europa League n’était pas beau à voir. Parfois le cadre dans lequel est joué un match donne une bien meilleure image de la rencontre, la rend attractive, si vous prenez par exemple de Manchester United-Arsenal d’il y a 2 jours, c’est exactement ça, le contenu était affligeant, le Vieux Trafford l’a rendu un peux moins indigeste. Tout ceci explique pourquoi j’ai aussi pensé à ce titre : Bienvenue au Théâtre des rêves d’ailleurs.

Lire la suite...