Mot-clé - Samuel Sanchez

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 16 juillet 2015

Eau bénite. (TdF 2015, E12)

Tour_de_France_2015.jpg Le cyclisme sur route est une discipline extrêmement difficile. Le Tour de France fait grimper la difficulté à son paroxysme par sa durée, son tracé et le niveau des participants. Il s’agit d’une des épreuves sportives les plus éprouvantes au monde. Surtout quand la météo s’emmêle.

Le Tour, c’est un peu comme si Rolland Garros durait 3 semaines et qu’il fallait jouer presque tous les jours un match en 5 sets contre un joueur du top 100 pour atteindre la finale. En pleine canicule, avec un soleil de plomb, ça peut rapidement devenir un calvaire. Subir un orage deviendrait alors presque le plus beau jour de votre vie. Enfin un peu de fraicheur ! Faites pleuvoir un bon coup sur une pelouse desséchée, elle reverdira très vite. Les grimpeurs français semblent fonctionner de la même façon, un bon orage leur a redonné vie.

Lire la suite...

dimanche 12 juillet 2015

Mécanique de précision. (TdF 2015, E9)

Tour_de_France_2015.jpg Les coureurs ont donc presque effectué un demi-Tour. Techniquement, on n’y est pas encore car 9 étapes sur 21 et a fortiori 9 jours sur 23, ce n’est pas la moitié. Mais cette année, les organisateurs du Tour de France ont décidé de concevoir un millefeuille version cyclisme. De ce point de vue, on est en plein milieu.

Après la première couche feuilletée (le chrono individuel), on a déposé la première couche de crème (les classique et étapes pour sprinteur). Il était donc temps de mettre la seconde couche feuilletée (le chrono par équipes), puis ce sera la seconde couche de crème (copieuse : Pyrénées, transition accidentée et Alpes), et enfin la parade sur les Champs Elysées. Le feuilleté (le chrono), c’est très technique, on peut le rater. Comme on pouvait déjà se rater sans les pièges de la première semaine.

Lire la suite...

mardi 7 juillet 2015

Eole bat le pavé. (TdF 2015, E4)

Tour_de_France_2015.jpg Bien cabossés par l’étape de la veille, les coureurs du Tour de France ont dû disputer la 4e étape sur une route aussi cabossée qu’eux, car pavée. Du moins en partie pavée.

L’idée des organisateurs du Tour est que pour remporter l’épreuve, il faut être complet, savoir se débrouiller sur tous les terrains possible dans le cyclisme sur route. Certains terrains sont en principe plus favorables à certains qu’à d’autres. On était en droit d’attendre une énorme course de mouvement avec des gagnants et des perdants. Un petit grimpeur colombien, un ancien vététiste italien, un Espagnol peu friand des classiques ardennaises, un Britannique né au Kenya qui n’a pas l’expérience des pavés… Allaient-ils surprendre positivement ? Subir ? Etre piégés par les circonstances de course ? Piéger leurs concurrents ?

L’excitation a été balayée par le vent. Ces espoirs légitimes de feu d’artifice sont partis en poussière. Eole a fait perdre presque tout leur intérêt aux pavés. Eole a donc battu le pavé.

Lire la suite...

dimanche 5 juillet 2015

Des hauts et des Pays-Bas. (TdF 2015, E1-2)

Tour_de_France_2015.jpg Le Tour de France 2015 a débuté, il s’annonce passionnant en raison de la présence de tous les meilleurs coureurs actuels, les dopés comme les propres, mais aussi grâce à un parcours qui promet énormément de mouvement et de rebondissement.

Bien sûr, comme le dit approximativement un vieil adage, l’important n’est pas forcément le parcours mais ce qu’en font les coureurs. En l’occurrence, ASO a fait son job, il y a de quoi faire des écarts à peu près partout, donc à moins d’une gigantesque entente entre équipes visant de nous pourrir cette 103e édition, ce qui est de l’ordre de la fiction absolue pour ne pas dire de l’impossibilité totale, nous allons nous régaler pendant 3 semaines. Bien sûr, il y aura des jours sans, moins intéressants que d’autres. L’avantage sur le Tour est que les enjeux sont trop nombreux et la difficulté trop importante, la courses n’est jamais complètement figée, jusqu’à l’arrivée de l’avant-dernière étape, on n’est à l’abri de rien.

Lire la suite...

samedi 23 juillet 2011

Tour de France 2011 (E20) : Cadel évince Andy.

Tour de France

Le verdict est tombé. Le vainqueur du Tour de France 2011 parle français… mais très mal et avec un accent australien. Le combat des habituels seconds a été remporté par l’homme qui a su le mieux maîtriser la course pendant 3 semaine. La loose n’est pas éternelle.

Avantage à ceux qui ont participé au Dauphiné Libéré : c’était exactement le même parcours. Les conditions météorologiques étaient différentes, pas le tracé avec du plat, de la montée et de la descente assez technique, quelques portions de route en triste état…). Le vainqueur de ce clm était Tony Martin sur le Dauphiné… Rebelote sur le Tour de France.

Lire la suite...

vendredi 22 juillet 2011

Tour de France 2011 (E19) : c’est pas la taille qui compte !

Tour de France

Ce n’est pas la taille qui compte, c’est ce qu’on fait avec… Plus de 200km jeudi, seulement 109 bornes vendredi, mais quand ça monte et que c’est bien dur, il y a toujours moyen de moyenner !

On le savait, ça risquait de défourailler car les maillots ne tenaient tous qu’à un fil. 3 de ceux qui les portaient se sont retrouvés à poil à l’issue de cette étape. C’est très vite parti dans tous les sens, ça a envoyé dru dans l’pentu ! On a encore eu droit à une orgie de rebondissements.

Ce Tour de France est carrément bandant, on prend un plaisir fou depuis le début… On a fini par corriger le gros point noir de l’édition 2011 : lors des 17 étapes en ligne, les coureurs français ont beaucoup essayé, ils sont partis à la chasse sans ramener ce qu’ils espéraient. A 3 jours de l’arrivée l’un d’eux a enfin réussi à "la mettre au fond" comme on dit dans le jargon cycliste. Pierre Rolland avait suffisamment de giclette à 2km de l’arrivée de l’Alpe d’Huez pour mettre une cartouche à des stars de la grimpette et finir tout seul.

  • Dix-neuvième étape : de Modane Valfréjus à l’Alpe d’Huez (109,5km).

Lire la suite...

jeudi 21 juillet 2011

Tour de France 2011 (E18) : classée hors-catégorie.

Tour de France

J’espère que vous avez regardé l’étape du jour… Si ce n’est pas le cas, vous avez manqué la plus belle étape du Tour de France de ces 10, 20, peut-être même 50 dernières années. Heureusement, j’ai tout noté, je vous raconte…

Jamais une étape du Tour de France ne s’était terminée si haut : 2645 mètres d’altitude. S’enfiler 3 cols hors-catégorie de suite lors d’une étape de 200 bornes… Si ça ne fait pas de gros dégâts, on peut arrêter les étapes de montagne, c’est qu’elles ne servent à rien. Normalement c’est une journée à vous faire changer les 4 maillots d’épaules… On s’attendait donc à du nettoyage par le vide tant à l’avant qu’à l’arrière. Que s’est-il passé dans le haut du classement ? Cavendish a-t-il été éliminé ? Les pois recouvrent-ils toujours le même homme ? A-t-on enfin eu droit à la première victoire d’étape française du Tour 2011 ?

  • Dix-huitième étape : de Pinerolo au Col du Galibier/Serre-Chevalier (200,5km).

Lire la suite...

mercredi 20 juillet 2011

Tour de France 2011 (E17) : le tout-droit.

Tour de France

Journée de m*************rde !! Encore une victoire Norvégienne – et donc toujours pas de succès français – au bout d’une étape de montagne terminée par une descente difficile… Encore une fin d’étape animée qui fait de petits dégâts et favorise l’intrus (le mec qui aurait dû être suspendu mais a préféré accusé un boeuf de l'avoir dopé)…

Un Italien abandonne le jour où le Tour de France arrive dans son pays. Il s’agit de Paolo Tiralongo. Mais ça, OSEF.

  • Dix-septième étape : de Gap à Pinerolo (179km).

Lire la suite...

mardi 19 juillet 2011

Tour de France 2011 (E16) : pétards NON mouillés.

Tour de France

L’étape du jour ne semblait pas permettre une très grosse bagarre entre les leaders malgré un col à quelques kilomètres de l’arrivée. Ce n’était pas assez dur pour faire exploser la course. Tout au plus pouvait-on s’attendre à quelques petits coups de pétard de certains pour tester leurs rivaux. Au lieu de pétards mouillés par la pluie battante, "El Pistolero" a sorti les guns, les gros, ça a fait des dégâts.

Certains ont probablement perdu le Tour de France en l’espace de quelques kilomètres. Un Australien a profité de la situation et s’est affirmé comme LE grand favori du tour. Pour le moment, Thomas Voeckler reste en jaune, pour lui, l’opération n’est pas si mauvaise…

Et dans ce froid, le championnat du Grand-Nord a sacré un champion du monde…

  • Seizième étape : de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Gap (162,5km).

Lire la suite...

samedi 16 juillet 2011

Tour de France 2011 (E14) : citron vert.

Tour de France

Quelle belle étape ! Quel spectacle ! Et pourtant il ne s’est RIEN passé ! Non, je vous assure, dans la course des cadors il ne s’est rien passé, personne n’a réussi à prendre le dessus sur les autres, et surtout pas sur le héros du jour/héros du Tour de France : Thomas Voeckler.

Bien aidé par son équipe, Europcar (équipe dont la tunique est verte), et notamment par Pierre Rolland, qui selon moi finira avec le maillot blanc à Paris, le cycliste préféré des Français a été admirable, il a réussi à rallier l’arrivée avec les meilleurs. Non seulement il a conservé son maillot jaune, mais en plus il n’a rien perdu sur les favoris de l’épreuve au terme d’une étape extrêmement difficile. Un Europcar en jaune, c'est un citron vert... Désolé, je galérais pour trouver un titre sympa.^^

Lire la suite...

jeudi 14 juillet 2011

Tour de France 2011 (E12) : brillants à défaut d’être gagnants.

Tour de France

Toujours pas de victoire d’étape française… il serait temps ! Un 14 juillet, ce serait l’idéal, non ? Dans l’histoire environ une fois sur 4 un Français a levé les bras à l’arrivée de l’étape du Tour de France organisée le jour de la fête nationale.

Que la montagne est belle ! Tout était réuni pour avoir une étape formidable. On a eu une course magnifique, c’est parti dans tous les sens, et même si les grands leaders ont attendu longtemps avant de mettre le feu, on s’est régalé. Les Français n’ont pas gagné, ils ont pourtant fait honneur au cyclisme français !

Récit – le plus vivant possible – d’une journée folle.

  • Douzième étape : de Cugnaux à Luz-Ardiden (211km).

Lire la suite...