EuroBasket_2015.jpg N’est pas Harry Houdini qui veut… Je vous le dis : pour battre l’équipe de France lors de SON EuroBasket, il faudra être très fort. Pardon, très très très fort. Ces Bleus sont une put*in de bande de geôliers. Le genre qui vous séquestre au fond d’un cachot très sombre et vous torture. Ils vous étouffent, ils vous privent de lumière, vous font rendre l’âme à plus ou moins long terme. A moins d’être magicien, comment peut-on s’en sortir ?

Evan_Fournier_et_les_Bleus_ont_eclate_la_Turquie.jpg Très franchement, pour imaginer que l’équipe de Turquie de basket avait ne serait-ce qu’une chance infime de s’en tirer avec une victoire, il fallait manquer cruellement de lucidité ou être un sacré pessimiste ! Les Turcs disaient y croire. La lecture des propos de leur coach après la rencontre – il incrimine l’organisation, son équipe serait arrivée trop tard de Berlin, aurait eu droit à un hôtel minable et on ne lui aurait pas laissé assez de temps pour s’entraîner dans la salle – confirme le diagnostic du manque de lucidité. Quand on sait qu’il a par exemple fait jouer son meneur de jeu 39 minutes contre l’Islande jeudi soir lors d’une victoire obtenue en prolongation… dans un match sans aucun enjeu, de quoi se plaint-il ? Cet Ergin Ataman a mal géré un effectif qu’il savait court, on peut estimer qu’en s’y prenant autrement la durée de résistance de ses gars face aux Bleus aurait atteint les 20, voire 25 minutes. Ils ont explosé très rapidement.