Mot-clé - Simon Denissel

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 14 août 2013

Marche ou crève. (ChM athlé 2013, J5)

ChM athlétisme Moscou 2013 Une seule session le mercredi… J’éprouve vraiment des difficultés à comprendre la programmation de ces Championnats du monde d’athlétisme. Ceci dit, on a vu presque autant d’athlétisme que lors d’une journée normale car le 50km marche a eu lieu ce matin. Le départ a été donné à 8h30 dans un stade vide. Normal.

Il a plu avant la course, c’est pourquoi la route était mouillée quand les marcheurs ont abordé la boucle, elle a séché par la suite à mesure que la chaleur revenait. Au moins les concurrents ont pu éviter de subir le pire pendant les 3h30 à 4 heures de leur épreuve, depuis le début de Moscou 2013 ceux qui ont dû s’aventurer sur les routes moscovites n’ont pas été servi en ce qui concerne le climat.

Yohann Diniz, réelle chance de médaille, comme souvent depuis 2006, est arrivé sans se mettre la pression du résultat. Rappelons-le, il est double champion d’Europe et vice-champion du monde en 2007, mais depuis son éclosion, il a multiplié les désillusions hormis à Barcelone en 2010. A Daegu les arbitres ont craqué, on se serait cru en L1, c’était la grande distribution des avertissements injustes, puis ses JO ont été un cauchemar (après une performance finalement assez honorable malgré une chute on l’a disqualifié pour ravitaillement non autorisé). Pendant longtemps, on l’a cru dans un grand jour. Et puis… nouveau cauchemar.

Lire la suite...

dimanche 3 mars 2013

Les tauliers montrent la voie. (ChE athlé en salle)

L’équipe de France d’athlétisme ne s’est pas déplacée pas au complet à Göteborg, elle a néanmoins su se mettre en valeur aux Championnats d’Europe en salle. Son bilan est remarquable : 4 médailles d’or, 2 d’argent, 3 de bronze, des records, des tauliers qui confirment, des jeunes qui s’affirment.

L’état d’esprit insufflé par Ghani Yalouz depuis qu’il est DTN est aussi appréciable que les résultats.

On a assisté à plusieurs types de performances. Certains ont dû s’arracher, d’autres ont pu s’envoler, tous n’ont pas été récompensés, quelques-uns auraient pu espérer mieux, je pense notamment à Myriam Soumaré, particulièrement exemplaire (après avoir disputé la finale du 60m elle a pris le départ de la finale du relais 4x400… finalement 4e). Ces Europ’ se sont achevés sur un point d’orgue, un moment absolument incroyable mêlant magie, déchirement, incompréhension… En levant un drapeau rouge un juge a coupé les câbles de l’ascenseur émotionnel dans lequel était monté Renaud Lavillenie. L’indiscutable maître du saut à la perche avait gravi les étages sans encombre, il avait même réussi à accéder à des étages normalement interdits au public, il était carrément arrivé au toit, et là, en un instant, il se retrouve dans le parking après une chute libre effroyable.

Lire la suite...