Mot-clé - Sophie Duarte

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 12 août 2014

Commencer par semer… (Zürich 2014, J1, S2)

Zurich_2014_-.jpg Il faut faire les choses dans l’ordre : avant de récolter, il faut semer. Semer, l’équipe de France d’athlétisme l’a très bien fait. Et je ne parle même pas de semer des adversaires lors de courses.

Désormais, et c’est particulièrement vrai aux Championnats d’Europe, une vieille tendance semble inversée. Depuis mes débuts en tant que téléspectateur de ce sport – mes premiers souvenirs datent des JO d’Atlanta, j’avais très certainement regardé quelques courses de Barcelone mais pas assez pour m’en souvenir – j’ai été maintes fois le témoin de cette mauvaise habitude des Bleus : avec eux les mauvaises surprises dominaient presque toujours les bonnes (surtout en quantité). C’est pourquoi ces dernières étaient magnifiées, tout comme les quelques athlètes réellement fiables. C’est aussi la raison pour laquelle ceux qui rencontraient des difficultés récurrentes en grand championnats étaient stigmatisés, y compris quand ils se faisaient spolier par d’énormes tricheurs comme Marion Jones.

Lire la suite...

mercredi 14 août 2013

Marche ou crève. (ChM athlé 2013, J5)

ChM athlétisme Moscou 2013 Une seule session le mercredi… J’éprouve vraiment des difficultés à comprendre la programmation de ces Championnats du monde d’athlétisme. Ceci dit, on a vu presque autant d’athlétisme que lors d’une journée normale car le 50km marche a eu lieu ce matin. Le départ a été donné à 8h30 dans un stade vide. Normal.

Il a plu avant la course, c’est pourquoi la route était mouillée quand les marcheurs ont abordé la boucle, elle a séché par la suite à mesure que la chaleur revenait. Au moins les concurrents ont pu éviter de subir le pire pendant les 3h30 à 4 heures de leur épreuve, depuis le début de Moscou 2013 ceux qui ont dû s’aventurer sur les routes moscovites n’ont pas été servi en ce qui concerne le climat.

Yohann Diniz, réelle chance de médaille, comme souvent depuis 2006, est arrivé sans se mettre la pression du résultat. Rappelons-le, il est double champion d’Europe et vice-champion du monde en 2007, mais depuis son éclosion, il a multiplié les désillusions hormis à Barcelone en 2010. A Daegu les arbitres ont craqué, on se serait cru en L1, c’était la grande distribution des avertissements injustes, puis ses JO ont été un cauchemar (après une performance finalement assez honorable malgré une chute on l’a disqualifié pour ravitaillement non autorisé). Pendant longtemps, on l’a cru dans un grand jour. Et puis… nouveau cauchemar.

Lire la suite...