Mot-clé - Team Katusha

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 12 juillet 2011

Tour de France 2011 (E10) : Gilbert, l’exhausteur de goût.

Tour de France

Etape de transition pour baroudeurs ou pour sprinteurs ? Souvent on s’ennuie. Pendant un long moment c’est resté assez peu intéressant, mais quelle fin de course ! La soupe était fade, certains étaient là pour l’épicer.

Plus que 178 au départ après la journée de repos. 2 non-partants s’ajoutent à la litanie des abandons. Le second est Yaroslav Popovych, un des maudits du Team RadioShack, qui doit être maraboutée (des galères et des chutes dans tous les sens depuis le début, il n’en reste plus que 6), le premier est connu depuis lundi soir…

On a notre premier cas de dopage du Tour de France 2011 ! Aleksandr Kolobnev, du Team Katusha, a été pris par la patrouille, un diurétique (qui sert surtout de produit masquant). Quelle surprise de voir le Russe, membre de l’échappée vers Super-Besse, se faire gauler ! Ce n’est pas comme s’il y avait des soupçons sur son équipe… Ah bah non, en fait ça n’étonne personne, surtout que la police italienne a fait une descente concernant la concernant il y a quelques semaines.

  • Dixième étape : d’Aurillac à Carmaux (158km).

Lire la suite...

mardi 19 avril 2011

La semaine dernière… (11 au 17 avril 2011)

La semaine dernière... J’ai énormément de tennis (Nadal, le Masters 1000 de Monte-Carlo, le cas Jérémy Chardy, la Fed Cup), beaucoup de foot bien sûr (les compétitions européennes, françaises, étrangères, notamment le Clasico n°1/4, du football féminin, et même de la MLS), une quantité importante de sujets basket (NBA, Pro A), de la boxe, un peu de sports d’hiver (du moins un), de cyclisme/dopage, de rallye, d’équitation et d’haltérophilie.

Lire la suite...

mardi 12 avril 2011

L’enfer est pavé...

… et poussiéreux.

Mon Dieu ! Quelle épreuve ! D’ordinaire Paris-Roubaix est une course extrêmement difficile, probablement la plus difficile de toutes les grandes courses d’un jour. On surnomme cette course "l’Enfer du Nord", mais les secteurs pavés de Paris-Roubaix par beau temps, c’est pire que l’enfer !

On pourrait penser que les pavés sont pires quand il peut, mais non, car quand il pleut, au moins ils sont un peu nettoyés et la poussière ne se mêle pas à la "fête". La 109e édition s’est déroulée par très beau temps, il faisait chaud et très sec.

Lire la suite...