Mot-clé - Teddy Riner

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 7 août 2016

Et puis le vent a tourné… (Rio 2016 J1)

Rio_2016 Rio 2016 avait si bien commencé… et tout est si vite parti en sucette… A vrai dire, tout se passait trop bien, c’en était même louche. Et puis soudain, alors que les victoires et les qualifications se succédaient, une première déception pas catastrophique s’est produite, compensée par quelques exploits. Le vent a tourné sans prévenir.

Ce mal ne semblait toucher que les hommes, il a fini par aussi infecter les femmes qui tenaient la baraque jusqu’alors. Violemment de surcroît ! Au final, le bilan est terrible : les médailles attendues ou espérées se sont envolées, on a même réussi à en perdre qui n’étaient pas encore en jeu ! 2 fois 4e, une élimination à 5 secondes de la fin d’un combat presque gagné, une énorme opportunité gâchée de se qualifier pour les demi-finales d’un tournoi par équipe, l’élimination incompréhensible d’une paire de double qui devait jouer l’or, une blessure grave qui nous prive d’une grosse chance de médaille, des défaites qui font très mal dans 2 sports collectifs où on a – ou avait – de grosses attentes… Il y a eu de très bonnes choses lors de cette journée, mais aussi des trucs terribles.

Si le baromètre des médailles est toujours à zéro à l’issue de la première journée, le moral des troupes est lui carrément en-dessous de zéro.

Lire la suite...

mardi 2 août 2016

On bataille à Rio : preview sports de combat. (Rio 2016)

Rio_2016 Pour ramener une médaille en souvenir de Rio 2016, il leur faudra batailler. Ils ont l’habitude. Combattre, c’est leur vie. Certains ont une arme, d’autres y vont avec des gants, avec les pieds ou à mains nues, en attrapant, en frappant ou en touchant l’adversaire. La finalité est toujours la même : gagner son duel.

L’équipe de France olympique compte beaucoup sur eux pour faire fructifier son butin. Quels sports pratiquent-ils ?
Les 5 sports de combat au programme :
-boxe,
-escrime (on oublie souvent qu’il s’agit d’un sport de combat, pourtant il ça ne fait aucun doute, c’en est un),
-judo,
-lutte,
-taekwondo.

Si la situation de la lutte est assez dramatique, le potentiel est énorme ailleurs.

Lire la suite...

dimanche 24 juillet 2016

Un bien mauvais Tour. (TdF 2016, E21)

logo_TdF_2016.jpg Le Tour de France 2016 a pris fin, tout s’est bien déroulé sur le plan de la sécurité – Euro, 14 juillet, Tour de France, 3 fêtes populaires à risques cet été, malheureusement on sait ce qui s’est passé à Nice à la fin du feu d’artifice – mais sur le plan sportif, hormis une parenthèse enchantée lors de la 19e étape et quelques arrivées sympathiques, rien n’a soulevé l’enthousiasme des foules (particulièrement denses).

Qui dit fin dit bilan.

Celui des Français est mauvais, sauf rares exceptions. Celui du Tour dans son ensemble est médiocre. Il convient d’en comprendre les raisons pour trouver des pistes afin de se trouver comment éviter de voir se reproduire ces situations négatives à l’avenir.

Lire la suite...

samedi 23 avril 2016

Kazan moins ? Non ! Kazan plus !

Quelle misère de trouver un titre plutôt sympa, de se rendre compte qu’il est presque impossible de le garder pour faire le lien avec l’intro ou le développement, puis d’en chercher un autre et de se rendre compte que les jeux de mots potables avec Kazan sont si rares qu’il faudra s’en contenter… Bref, aujourd’hui, c’est judo.

La Russie et le sport, c’est toute une histoire… de nationalisme. Il faut faire briller le pays coûte que coûte. D’où les gros problèmes de dopage. D’où d’où aussi d’incroyables investissements pour organiser à peu près tout ce qui existe comme compétitions sportives, des championnats du monde d’athlétisme ou de natation aux JO d’hiver en passant par un GP de F1. Des tas de sports y passent, en particulier le judo, dont Vladimir Poutine est un éminent pratiquant.

Une fois de plus, les judokas européens ont dû s’y rendre pour y combattre. Des titres et des qualifications olympiques étaient en jeu.

Lire la suite...

mercredi 31 décembre 2014

2014 en champions.

Martin__aureole_Dieu_de_l_Olympe.jpg A l'affligeant, nul n'est tenu, sauf à L'Equipe ! Comment peut-on ne trouver qu'un seul représentant des sports d'hiver dans le top 10 de l’élection – bidon – du Champion des Champions une année de JO d'hiver où la France a cartonné ?

Martin Fourcade a réussi la plus impressionnante razzia olympique française depuis 1968 (2 médailles d'or et une médaille d'argent dans des épreuves individuelles, Killy avait décroché 3 titres) en plus de dominer pour la 3e fois la Coupe du monde d'un sport où l'aléa est omniprésent... sauf quand Martin est sur la piste. Ne le mettre que 3e de cette élection montre une fois de plus que la rédaction du quotidien du sport et de l'automobile est pleine d'incompétents. Je vous l'accorde, on s'en rend compte à chaque fois qu'on ouvre les pages de ce qui se veut être la référence.

Lire la suite...

dimanche 14 décembre 2014

Le biathlon... c'est trop bon !

Je ne comprends pas. Comment les médias peuvent-ils à ce point regarder de haut le biathlon ? Quand vous voyez le peu de considération dont jouit Martin Fourcade au moment d’élire le sportif français de l’année, vous ne pouvez que faire ce constat.

Une année de JO d’hiver – qui est aussi la seule année d’une olympiade sans championnats du monde estivaux dans les sports individuels majeurs que sont l’athlétisme et la natation – au cours de laquelle un biathlète a remporté 2 titres (plus une médaille d’argent en se faisant seulement battre à la photo-finish alors qu’il était malade) et le classement général de la Coupe du monde en faisant preuve d’une régularité incroyable, on entend parler d’un perchiste essentiellement auteur d’un exploit certes historique mais ponctuel, d’un judoka (Teddy Riner) qui a fait se résigner la concurrence depuis longtemps et a participé à très peu de compétitions cette saison, ou encore d’un nageur (Florent Manaudou) n’ayant pas eu à affronter les Américains et les Australiens depuis l’an dernier.

Martin Fourcade vivra très bien sans ce titre honorifique, mais ce titre, le biathlon français le mérite. C’est un des sports les plus fantastiques du monde. Les courses de ce week-end l’ont encore mis en évidence. Le biathlon, c’est trop bon ! (Le titre est un cri du cœur.)

Lire la suite...

samedi 28 juillet 2012

C’est ouvert. (JO 2012, jour J)

JO 2012 Honnêtement, raconter la cérémonie d’ouverture des JO de Londres 2012, ça me fait trop chi*r… Ils nous ont volé ces JO les sal*ps. Leurs méthodes les enverront en Enfer. Tant pis pour eux.

Allez… Je vais le faire quand même…

Lire la suite...

vendredi 27 juillet 2012

La pelleté de Londres, partie 2/2. (JO 2012, J-0,5)

JO 2012 Je suis très optimiste concernant les chances de médailles de l’équipe de France olympique lors des JO de la XXXe olympiade. Londres 2012 a été élu par un paquet de mecs corrompus, Paris 2012 était la seule candidature valable. C’est du passé, ça fait toujours mal, alors pensons au présent. Il est temps d’aller faire la récolte !

Après une première partie très riche dans laquelle il a notamment été question d’athlé, de sports collectifs, de sports de rames ou encore de cyclisme, je continue mon analyse des espoirs de la sélection olympique.

Lire la suite...

samedi 27 août 2011

ChM 2011 de judo (J5) : Teddystory.

Attendez-vous à des débats enflammés lorsqu’il sera temps dans quelques mois de procéder à l’élection du champion français de l’année, on a déjà en lice Jean-Baptiste Grange, Jason Lamy-Chappuis, nos 2 champions du monde de natation, nos 3 championnes du monde de judo sacrées cette semaine, on peut espérer un titre mondial en athlétisme, une performance de l’équipe de France à l’EuroBasket, et j’en passe. Un nom risque de revenir très souvent, celui de Teddy Riner. Quoi de plus normal ? Le poids lourds star était très attendu, on s’attendait à le voir lever les bras en clôture des épreuves individuelles des Championnats du monde de judo organisés à Bercy, il a répondu présent. Mieux, il a Teddynamiter la concurrence, a Teddycté sa loi, a réussi un exploit Teddystorique : les plus grands poids lourds de l’histoire s’étaient arrêtés à 4 titres mondiaux (en lourds et toutes catégories), un seul homme en a conquis 5, Teddy Riner.

Lire la suite...