Mot-clé - Timo Roosen

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 21 juillet 2017

Rond-point c’est tout. (TdF 2017, E19)

S’ennuyer ferme pendant 4 ou 5 heures devant une étape du Tour de France ne manquait pourtant à personne. D’habitude, on vivait ça lors des étapes pour sprinteurs. Cette fois, les baroudeurs ont pu passer leur journée à l’avant sans être embêtés. Au final… un sprinteur présent dans l’échappée a réglé tout le monde… sans même sprinter.

L’étape la plus longue du Tour a été remportée grâce à… un raccourci. De surcroît un Norvégien s’est imposée malgré la chaleur accablante. Quel gag ! Edvald Boasson Hagen (DDD) n’avait pas simplement une pancarte dans le dos, il avait plus de panneaux lumineux au-dessus de la tête qu’il n’y en a à Las Vegas. Pourtant, il a gagné. Il a réussi une étape remarquable en tous points et compte tenu de tout ce qu’il a fait depuis Düsseldorf, ce succès fait figure de récompense bien méritée.

Lire la suite...

samedi 15 juillet 2017

Travail d’équipe. (TdF 2017, E14)

Le cyclisme sur route est un sport d’équipes. La 14e étape du Tour de France l’a encore démontré. La force collective surpasse la valeur individuelle, elle peut compenser ou masquer les faiblesses ce chacun. Etre fort ne suffit pas, encore faut-il être bien accompagné.

Si la victoire de Michael Matthews à Rodez n’a été rendue possible que grâce au super travail effectué par ses partenaires de Sunweb, lesquels ont parfaitement manœuvré tactiquement, le fait marquant du jour est aussi la conséquence d’un rapport de forces. Faute de disposer d’une équipe forte pour le protéger, Fabio Aru (AST) s’est fait piéger, il a perdu son maillot jaune au profit de Chris Froome (SKY), dont les lieutenants ont bien bossé pour le placer au mieux.

Cet épilogue mi-attendu/mi-surprenant ne doit pas faire oublier l’inintérêt total du reste de la journée. Quelle déception d’assister à une énième étape creuse dont l’intérêt s’est concentré sur les derniers kilomètres !

Lire la suite...

lundi 18 juillet 2016

Faux-ami. (TdF 2016, E16)

logo_TdF_2016.jpg Que diable allait-il faire dans cette galère ?

Vraiment, je me le demande… Car ce dans quoi s’est trouvé embarqué Julian Alaphilippe (EQS) était bien une galère. Se lancer dans une échappée extrêmement longue par une forte chaleur un jour où les sprinteurs entendent se disputer la victoire n’était pas l’idée la plus brillante de sa – jeune – carrière. En partant à 2 avec Tony Martin (EQS), son équipier, beaucoup plus gros rouleur que lui, il s’est épuisé pour rien, peinant à rester dans la roue avant de se relever à 25km de l’arrivée.



Si Alaphilippe veut remporter une étape sur le Tour de France, il va devoir s’y prendre autrement et avoir de meilleures fréquentations.

L’attitude de Martin a été celle d’un faux-ami, il lui a offert un cadeau empoisonné en l’emmenant avec lui.

Lire la suite...

samedi 2 juillet 2016

D. Day. (TdF 2016, E1)

TdF_2016.jpg C’était le D. Day, jour du départ pour le Tour de France avec un parcours sur le thème du débarquement de juin 1944 !

Une petite cérémonie avec les champions nationaux des pays concernés a été organisée après l’arrivée au monument érigé à Utah Beach. Un peu plus tôt, juste avant l’arrivée, un hommage involontaire a déjà été rendu à ceux qui y sont tombés il y a 72 ans. Quel hommage ? Bah… Certains sont tombés eux aussi, mais pendant le sprint. A cette vitesse, ça fait mal. Le Tour 2016 a débuté avec ses 22 équipes, soit 198 coureurs (dont 38 Français, dont plusieurs ayant un rôle très important dans une formation étrangère), mais malheureusement sans Nasser Bouhanni, sorte de poissard ultime. L’an dernier, il a multiplié les chutes et a dû abandonner. Cette année, il a dû déclarer forfait à cause d’une plaie infectée à la main ayant nécessité une opération. La plaie résulte d’une blessure subie en pleine nuit quelques heures avant le championnat de France, quand une altercation a éclaté dans les couloirs de son hôtel avec des individus éméchés de retour d’un mariage. Les points de suture ont-ils été bien réalisés ? L’infection s’est-elle produite ensuite quand il était en course ? Peu importe, le résultat est le même, le meilleur sprinteur français engagé sur ce Tour a dû renoncer, l’investissement de Cofidis ne paiera pas encore cette année.

Lire la suite...