Mot-clé - Tyson Fury

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 17 janvier 2016

La journée mondiale du lourd.

En boxe, la catégorie des poids lourds était autrefois la reine. Au cours des années 2000, elle a périclité faute de champions charismatiques, les frères Klitschko ayant imposé leur supériorité particulièrement ennuyeuse face à une adversité particulièrement médiocre. Depuis quelques temps, après la retraite de Vitali et le déclin de Wladimir, la catégorie se réveille.

Ce réveil est tout relatif. On voit en effet pas mal de monde arriver car c’est désormais beaucoup plus ouvert, beaucoup peuvent légitimement espérer décrocher un titre. Le niveau est en effet très homogène, aucun boxeur ne semble en mesure d’imposer un règne incontesté, devenir champion du monde est plus une question d’opportunité que de talent. Il suffit d’observer ne serait-ce qu’un round de Tyson Fury pour se rendre compte à quel point il est nul techniquement. Cette situation donne des idées à beaucoup de monde.

Samedi, c’était la journée mondiale des lourds, on a assisté au retour du retraité David Haye, puis à 2 championnats du monde poids lourds. Il y a 3 semaines, un bon combat pour une ceinture par intérim a déjà eu lieu, je n’avais pas encore mis la vidéo, c’est l’occasion.

Lire la suite...

dimanche 29 novembre 2015

5 ceintures pour un clown.

Je ne suis pas sûr de vraiment savoir ce que j’ai vu. Etait-ce réellement de la boxe anglaise ? Etait-ce un mélange de cirque, de danse de salon, de lutte gréco-romaine et de foire aux bestiaux ? Peut-être un peu de tout ça.

Je suis sûr d’une chose : Wladimir Klitschko a été dépossédé de ses ceintures mondiales WBA, IBF, WBO, IBO et The Ring des poids lourds. Il n’est plus le champion, Tyson Fury l'a remplacé au sommet de la hiérarchie. Un tout petit sommet.

Le stade de Düsseldorf était bondé, l’ambiance était impressionnante, car l’organisation des combats des frères Klitschko est bien rôdée, on a toujours le droit à ce décorum avec jeux de lumières et écrans géant. L’entrée des boxeurs était plutôt kitch, à la limite du ridicule, tout comme les hymnes chantés par le "The Dark Tenor", un chanteur masqué qui a ses musiciens masqués. Mais le plus ridicule lors de ce championnat du monde poids lourds était sans doute le challenger. Il ne ressemble à rien, est aussi technique, aussi grand et aussi lourd – mais moins poilu – qu’un ours, son sens tactique est celui d’un poivrot. Pourtant, il est désormais champion du monde. Ce sport part vraiment en sucette !

Lire la suite...