samedi 27 mai 2017

Les bagarreurs de Sheffield.

De prime abord, la grande réunion de boxe organisée dans le stade de Sheffield United était surtout attirante en raison de l’ambiance assez impressionnante qui y régnait. A posteriori, les puristes du noble art vous confirmeront la première impression, au moins concernant les 2 combats principaux.

Il faut l’avouer, si le premier championnat du monde a été assez laid, le second... aussi. Sauf si on aime les bastons dignes d’une fin de soirée au pub. Techniquement, quelles horreurs ! Ces combats peuvent se résumer en un mot : brutalité.

Lire la suite...

dimanche 21 mai 2017

Noblesse et décadence.

Actuellement, dans le monde, la boxe anglaise se porte plutôt bien, voire très bien. Du moins, ça dépend des pays. En France, elle a trouvé un nouveau souffle. Elle est très populaire en Grande-Bretagne, au Japon ou encore aux Etats-Unis. Seulement, certains semblent vraiment essayer de la tuer. Ces cons vont finir par y parvenir ! Ces derniers jours, j’ai regardé énormément de matchs. Il y a eu du très bon… et du scandaleux. Le "noble art" peut en effet facilement tomber dans certains travers. La noblesse a de tous temps eu des prédispositions à emprunter la voie de la décadence.  

Lire la suite...

dimanche 26 mars 2017

Pas revanchard.

En toute logique, si vous demandez une revanche dans un sport de combat, vous devez entrer sur le ring en étant… revanchard. L’intensité devrait donc être encore plus impressionnante que lors de l’affrontement précédent.

Compte tenu de la qualité du premier championnat du monde entre les 2 hommes il y a quelques mois, Jorge Linares vs Anthony Crolla II devait être une sacrée baston. On savait le Vénézuélien – titulaire des ceintures WBA et The Ring (ainsi que la ceinture WBC diamond, dont on ne sait pas trop à quoi elle correspond) des poids légers – beaucoup plus technique. Son challenger allait devoir se montrer très agressif pour espérer faire la différence.

Lire la suite...

dimanche 5 mars 2017

Avec ou sans ceinture, pourvu que ça cogne dur.

Ils étaient très attendus. Chacun a fait ce qu’il a pu. Au final, je ne saurais dire si la boxe en sort grandie ou si elle a juste fait parler d’elle.

D’un côté de l’Atlantique, David Haye (28-2-0, 26KO pour, 1 subi) contre Tony Bellew (28-2-1, 18KO infligés, 1 subi), choc anglais à Londres dans un combat poids lourds avec pour seul enjeu la préservation de son amour propre – plus un beau chèque – mais pas de ceinture.
De l’autre côté de l’océan, Keith Thurman (27-0-0, 22KO) contre Danny Garcia (33-0-0, 19KO), choc à New York pour les ceintures WBA et WBC des poids welters, un duel d’invaincus pour unifier les titres.

Lire la suite...

dimanche 20 novembre 2016

Un Pay-Per-View sous-vendu.

Deux des plus gros cadors actuels de la boxe acceptent de s’affronter… et on a l’impression que tout le monde s’en fout ! Comment a-t-on pu en arriver là ?

Sergey Kovalev (30-0-1, 26 KO) et Andre Ward (30-0-0, 15KO) s’affrontaient cette nuit à Las Vegas pour les titres WBA, WBO et IBF et des poids mi-lourds. Il s’agissait du main event d’un PPV d’HBO. Pourtant, on annonçait des ventes assez basses pour ce PPV, les produits dérivés n’ont pas marché, la soirée est presque passée inaperçue par rapport à ce qu’on connait avec "Canelo" Alvarez ou ce dont on avait l’habitude avec l’escroc Mayweather. Un combat entre des boxeurs classés par tous les spécialistes dans le top 5 pound for pound (toutes catégories confondues) du moment mérite autre chose que de l’indifférence, non ? C’est rarissime en cette ère de l'évitement.

Lire la suite...

dimanche 13 novembre 2016

Direct sur le Rocher.

Contrairement à une idée répandue, la boxe se porte bien de par chez nous, ceci indépendamment du récent – et réel - effet JO. S’il manque à la France qu’un champion du monde pro chez les hommes, les boxeurs tricolores sont bien présents à tous les autres niveaux.

Ainsi, cette semaine, 2 championnats d’Europe concernant des Français étaient au programme ainsi qu’un championnat du monde féminin. En bonus, une grosse soirée avait lieu au Casino de Monte-Carlo, une soirée très internationale organisée par les Britanniques sans tête d’affiche venue de l’Hexagone, certes, très élitiste également (pas accessible au grand public), mais l’organisation de telles réunions sur le Rocher ne peut être que positif, ça pourrait ouvrir des perspectives pour nos chasseurs de ceintures.

Lire la suite...

samedi 8 octobre 2016

Le sens de l’hospitalité.

En boxe, combattre à domicile est souvent un avantage. A fortiori dans certains pays où, quand un étranger vient affronter un boxeur local, il ne lui suffit pas simplement d’être meilleur pour gagner. A moins d’en finir avant la limite, vous n’avez aucune garantie d’éviter un vol manifeste. Les officiels ne se cachent même pas pour effectuer leur larcin.

On le constate souvent en Grande-Bretagne, où il est courant de désigner un arbitre britannique et un juge britannique pour un championnat du monde opposant un Britannique à un étranger. En France, on ne mange pas de ce pain-là, quand on remporte une ceinture mondiale, on l’obtient honnêtement… C’est d’ailleurs peut-être la raison pour laquelle on n’en obtient plus depuis des années…

Lire la suite...

dimanche 25 septembre 2016

(Grand) boxeur et globe-trotteur.

Champion du monde WBA, Anthony Crolla (31-4-3), boxeur britannique, remettait en jeu son titre des poids légers. Il boxait à Manchester, presque comme à chaque fois (il n’est quasiment jamais sorti de son pays), l’arbitre était britannique, un juge était britannique… Pourtant il a été battu sur une décision unanime (avec 1 seul point d’écart pour ce juge).

Il faut dire que son adversaire n’était pas un faire-valoir, tant s’en faut. Jorge Linares (40-3-0, 27 victoires avant la limite) a subi 3 TKO au cours de sa carrière, dont 2 de suite fin 2011 et début 2012, mais ce gars a un put*in de talent. Il n’est pas connu à la hauteur de ce talent, probablement parce qu’il a énormément combattu au Japon, principalement au début de sa carrière. Dans le genre nomade de la boxe n’ayant pas peur des challenges, il se place tout en haut de la hiérarchie mondiale. Outre le Japon, il a boxé au Venezuela (logique, c’est chez lui), au Panama, en Argentine, en Corée du Sud, aux Etats-Unis, au Mexique et en Grande-Bretagne). Champion du monde en plume en 2007, puis en super-plume en 2008 et 2009, battu pour une ceinture mondiale des légers en 2011, il a décroché le titre WBC en 2014 au Japon et l’a défendu 2 fois. Cette ceinture n’était plus en sa possession (peut-être faute de défense pendant trop longtemps, j’avoue ne même pas avoir cherché, ce n’est pas très important).

Lire la suite...

dimanche 17 janvier 2016

La journée mondiale du lourd.

En boxe, la catégorie des poids lourds était autrefois la reine. Au cours des années 2000, elle a périclité faute de champions charismatiques, les frères Klitschko ayant imposé leur supériorité particulièrement ennuyeuse face à une adversité particulièrement médiocre. Depuis quelques temps, après la retraite de Vitali et le déclin de Wladimir, la catégorie se réveille.

Ce réveil est tout relatif. On voit en effet pas mal de monde arriver car c’est désormais beaucoup plus ouvert, beaucoup peuvent légitimement espérer décrocher un titre. Le niveau est en effet très homogène, aucun boxeur ne semble en mesure d’imposer un règne incontesté, devenir champion du monde est plus une question d’opportunité que de talent. Il suffit d’observer ne serait-ce qu’un round de Tyson Fury pour se rendre compte à quel point il est nul techniquement. Cette situation donne des idées à beaucoup de monde.

Samedi, c’était la journée mondiale des lourds, on a assisté au retour du retraité David Haye, puis à 2 championnats du monde poids lourds. Il y a 3 semaines, un bon combat pour une ceinture par intérim a déjà eu lieu, je n’avais pas encore mis la vidéo, c’est l’occasion.

Lire la suite...

dimanche 29 novembre 2015

5 ceintures pour un clown.

Je ne suis pas sûr de vraiment savoir ce que j’ai vu. Etait-ce réellement de la boxe anglaise ? Etait-ce un mélange de cirque, de danse de salon, de lutte gréco-romaine et de foire aux bestiaux ? Peut-être un peu de tout ça.

Je suis sûr d’une chose : Wladimir Klitschko a été dépossédé de ses ceintures mondiales WBA, IBF, WBO, IBO et The Ring des poids lourds. Il n’est plus le champion, Tyson Fury l'a remplacé au sommet de la hiérarchie. Un tout petit sommet.

Le stade de Düsseldorf était bondé, l’ambiance était impressionnante, car l’organisation des combats des frères Klitschko est bien rôdée, on a toujours le droit à ce décorum avec jeux de lumières et écrans géant. L’entrée des boxeurs était plutôt kitch, à la limite du ridicule, tout comme les hymnes chantés par le "The Dark Tenor", un chanteur masqué qui a ses musiciens masqués. Mais le plus ridicule lors de ce championnat du monde poids lourds était sans doute le challenger. Il ne ressemble à rien, est aussi technique, aussi grand et aussi lourd – mais moins poilu – qu’un ours, son sens tactique est celui d’un poivrot. Pourtant, il est désormais champion du monde. Ce sport part vraiment en sucette !

Lire la suite...