Mot-clé - la chaîne L’Equipe

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 18 septembre 2016

Dans le short du boxeur.

Comme vous pouvez le constater sur le blog où je vous propose de regarder/revoir régulièrement des combats, j’aime la boxe. Par conséquent, après avoir eu droit la semaine dernière à un super combo Triple G+"Chocolatito", je ne pouvais manquer le PPV de Saul "Canelo" Alvarez la nuit dernière, même si mon respect pour le roux mexicain s’est évaporé au moment où il a subi une ablation des cojones… Son refus d’affronter Golovkin – par peur de la bran-bran – est affligeante, la façon de procéder l’est encore plus.

Toutefois, il y en a une sacrée paire dans le short des 3 autres boxeurs impliqués dans les 2 grands combats dont traite ce post. Ils n’ont pas eu peur de relever un véritable défi.

Quand on est fan de boxe, en général on galère pour voir les meilleurs combats. Ils ont généralement lieu la nuit ou sont diffusés sur des chaînes payantes… quand ils sont diffusés en France. Bien souvent, il arrive même que ces difficultés s’additionnent avec des horaires et des canaux de diffusion repoussants. C’est là qu’intervient la chaîne L’Equipe, dont la boxe anglaise est un des produits d’appel au même titre que le cyclisme, le kickboxing, la pétanque, le biathlon, le volley, certains sports extrêmes ou freestyle (principalement du snowboard et du ski acrobatique), le triathlon, diverses disciplines de sports mécaniques, le hockey sur glace et le football qui ne coûte pas cher… Une semaine après la soirée londonienne de Golovkin, un des super cadors mondiaux, on a eu droit gratuitement à un championnat du monde pas forcément des plus attirants sur le papier mais qui valait vraiment le coup d’œil.

Lire la suite...

dimanche 11 septembre 2016

Brook broken et guérilla latina.

Si vous êtes amateur de boxe, j’ai ici de quoi vous régaler. Un duel kazakho-britannique et une énorme baston mexico-nicaraguayenne. Oui, c’est violent. Mais on n’en attendait pas moins des 2 meilleurs pratiquants actuels du noble art.

Quand un boxeur affronte Gennady Golovkin, il sait qu’il n’en ressortira pas indemne. Il sait même que sauf miracle, il se fera amocher au point d’être arrêté bien avant la fin des 12 rounds. Dès lors, même s’il y a un beau chèque à la clé, seul un individu ayant perdu tout sens commun peut se présenter face à l’invaincu kazakh aux crochets plus dangereux que ceux d’un crotale diamantin.

A ce niveau, ça n’a rien à voir avec du courage. Parlons d’inconscience, de perte de lucidité pathologique. Kell Brook est monté de 2 catégories pour tenter de briguer les ceintures mondiales des poids moyens détenues par "Triple G". Mais pourquoi ? Pour s’offrir un championnat du monde à l’O2 Arena de Londres devant 22000 supporters ? Quand tu es toi-même invaincu en 35 combats (35 victoires don 25 avant la limite), se frotter à un des 2 meilleurs boxeurs du monde toutes catégories confondues et assurément au meilleur puncheur (35 combats, 35 victoires, 32 par KO dont les 22 derniers) n’avait a priori pas grand sens.

Lire la suite...