Mot-clé - séance de tirs au but

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 5 janvier 2016

Le message est bien passé. (CdF 32e)

Wasquehal est leader de son groupe de CFA. C’est du lourd, du très lourd, encore plus lourd que le terrain du Stadium Nord de Villeneuve-d’Ascq. Sérieusement, Laurent Blanc s’est foutu de la gueule de tout le monde, non ?

Le 32e de finale de Coupe de France disputé dimanche en début d’après-midi par le PSG dans des conditions météorologiques assez dégueulasses (vent assez fort, beaucoup de pluie) a été une belle bouse. Bien sûr, on retiendra la qualification, et rien d’autre. L’emporter 1-0 (but de Zlatan Ibrahimovic à l’heure de jeu). Que c’était laid !

Lire la suite...

mardi 19 mai 2015

Super-combiné footballistique.

Etant à la fois supporter des équipes de France de football, du PSG et fan des séances de tirs au but, je ne pouvais manquer celle de l’équipe de France U17 en demi-finale de l’Euro U17 de cette catégorie. J’ai d’ailleurs regardé tout le match. Mais le clou du spectacle était vraiment cette séance hors du commun.

Resituons la scène.

Lire la suite...

mercredi 29 avril 2015

La loose "deutsche Qualität".

Réussir une parade – parfaitement valable – au cours d’une séance de tirs au but et n’en encaisser aucun est chose très rare pour un gardien. A fortiori quand 4 adversaires ont tiré. Que ces 4 adversaires soient tous des champions du monde, joueurs du Bayern Munich… dont leur gardien, fait de la chose une sorte d’anomalie inexplicable de l’Histoire du football.

L’événement est sans doute inédit. Le Bayern recevait le Borussia Dortmund en demi-finale de la Coupe d’Allemagne. A la fin de la prolongation, le score était toujours nul (1-1), notamment suite à des erreurs d’arbitrage. Mais très franchement, je la Coupe d’Allemagne, m’en cogne. Après la victoire du PSG contre Metz en match en retard, je n’avais pas prévu de bifurquer vers une autre rencontre. Néanmoins, étant au courant qu’une séance de tirs au but se préparait, je suis allé voir. J’adore cet exercice, sa dramaturgie.

Lire la suite...

lundi 9 février 2015

Dernière extrémité.

Cette semaine, on a eu droit à 2 séances de tirs au but assez phénoménales par leur scénario et par la performance ou non-performance des gardiens.

Alors pour les plaisir, je vous propose de les voir ou revoir.

Point commun des 2 matchs : un gros enjeu et un match – parait-il – tout pourri conclu sans but au terme de la prolongation (je me suis endormi devant la premier, j’avais mieux à faire que de regarder l’autre, donc je ne peux jurer de la qualité de la rencontre, juste répéter ce qui se dit). J’ai pu voir la première séance en direct, pas la seconde, que j’ai galéré à trouver en entier et avec une qualité convenable.

Lire la suite...

dimanche 20 mai 2012

Le devoir d’oubli.

Ligue des Champions On nous parle souvent de devoir de mémoire à propos de tout et de rien… J’invoque le devoir d’oubli ! Le monde DOIT oublier l'édition 2011-2012 de la Ligue des Champions. Quelle purge ! Quel ennui ! Pendant 80 minutes, c’était bidon ! Ensuite, c’est devenu n’importe quoi. Bien sûr, pour les supporters de Chelsea, pour les adorateurs de Didier Drogba, la finale de la Ligue des Champions 2012 restera un super souvenir. Pour les autres – dont moi – elle est déjà à oublier. Le Bayern Munich avait la chance de jouer cette finale à domicile après s’être qualifié aux tirs au but contre le Real, Chelsea avait la chance… d’y participer, ce qui était déjà très bien compte tenu du parcours de ce club avec des qualifications miraculeuses, souvent sans jouer au ballon, en particulier contre le Barça. Les deux clubs ont laissé des plumes dans leurs combats pour la qualification, beaucoup de leurs joueurs étaient suspendus, c’était vraiment la finale du bricolage.

Lire la suite...

jeudi 26 avril 2012

La finale des miraculés.

Ligue des Champions Qui aura pu prévoir une finale de Ligue des Champions entre le Bayern Munich et Chelsea ? Ces clubs ont respectivement éliminé le Real Madrid et le Barça dans des circonstances totalement improbables. Pas de quarante-douzième Clasico au programme ! Tant mieux ! Ces demi-finales ont eu un grand mérite : nous rappeler pourquoi on aime le foot.

Le foot est un sport parfois terriblement surprenant, la réalité se permet souvent des choses que la fiction n’oserait même pas imaginer. Un match, c’est un scénario. Un parcours européen, c’est une saga. Ça peut être chiant et prévisible comme captivant et plein de rebondissement, la qualité des acteurs et du metteur en scène est très importante, la façon dont c’est filmé tout autant. Si globalement les quarts de finale ont été sans intérêt, les demi-finales ont été extraordinaires dans des styles très différents. De mon point de vue d’amateur de football neutre car supporter d’aucun de ces clubs, Barça-Chelsea a plutôt été un drame et Real-Bayern un bon thriller. Si vous voulez de la comédie, je vous conseille de regarder samedi la finale de la Coupe de France entre l’OL et Quevilly.

Lire la suite...

lundi 18 juillet 2011

L’Odyssée d’Homare.

Prix du fair-play, soulier d’or, ballon d’or de la compétition, auteur du but providentiel de l’égalisation – un geste de ninja – et surtout championne du monde. Homare Sawa a conduit le Japon jusqu’à la pluie scintillante réservée aux vainqueurs.

Homare s’est prise pour Ulysse, elle et son équipage ont traversé nombre d’épreuves, passé tous les obstacles placés sur leur chemin, elles vont pouvoir retrouver leur île dans la liesse et festoyer plusieurs semaines durant. Le retour sera un triomphe car leur succès est une odyssée glorieuse. On se souvient tous qu’au mois de mars Poséidon a détruit leur centre d’entraînement dans la région de Fukushima – créé avec l’aide de la FFF sur le modèle de l'INF Clairefontaine – en y déversant ses flots. Elles ont finalement franchi les mers et les océans pour rejoindre l’Europe et disputer la compétition.

Lire la suite...

dimanche 10 juillet 2011

Mort et ressuscité un 9 juillet.

Les dieux du football sont capricieux et créatifs, ils inventent des scénarii impensables générateurs d’émotions intense et inoubliables. Merci à eux pour ce Angleterre-France, il restera dans l’histoire du football français, mort depuis 5 ans, ressuscité un 9 juillet.

Aimé Jacquet prédisait que le football féminin serait l’avenir du football.

En quelques jours le football féminin vient de rendre sa fierté au foot français. C’est à croire que le sélectionneur champion du monde chez les hommes puis DTN avait vu juste, ne serait-il pas l'initiateur de tout ça (les Bleues sortent presque toutes de l'INF Clairefontaine).

Appréciez les coïncidences, elles sont troublantes.

Le 9 juillet 2006, lors de la Coupe du monde organisée en Allemagne (le match avait lieu à Berlin), l’équipe de France achevait son épopée après un tir au but de David Trezeguet sur la barre après 120 minutes de jeu. La France aurait dû l’emporter bien plus tôt, elle n’y était pas parvenue, le score était de 1-1. La fin d’une époque dorée. Par la suite, plus rien, si ce n’est l’ennui, le déshonneur, la honte, la perte de toutes les valeurs essentielles du football par une équipe de France masculine coupée du monde et de ses réalités.

Lire la suite...

jeudi 3 mars 2011

Qualif aux forceps.

banderole Coupe de France PSG, LOSC, Nice et Angers. Il en fallait 4, on les a, 2 de ces clubs s’affronteront le 14 mai au Stade de France pour remporter la Coupe de France respectivement pour la 9e, 6e, 4e et première fois. Le PSG espère bien conserver son titre, ce qui n’a plus été fait depuis Nantes il y a 11 ans. La L1 a finalement 3 représentants dans le dernier carré après avoir été décimée lors des premiers tours.

Aucun des 3 rescapés de l’élite n’a eu la partie facile, ils y ont tous laissé des plumes. Je vais bien sûr commencer par le PSG, j’irai assez vite sur les autres rencontres.

PSG-Le Mans FC, les Sarthois sont leaders de la L2, pour cette raison ils ont donné leur chance à plusieurs de leurs remplaçants habituels, sans compter que 2 ou 3 étaient blessés, en particulier le gardien et capitaine, Didier Ovono. Kombouaré ne pouvait pas se permettre d’aligner sa meilleure équipe, de toute façon ce n’était pas souhaitable, pour pouvoir conserver tout son effectif sur le pied de guerre. Comment se sentir plus concerné qu’en étant réellement concerné ? Des qualifications aux différents tours des coupes dépend leur temps de jeu de plusieurs des éléments alignés mercredi (un mercredi à 19h, programmation foireuse), ne comptez pas sur eux pour lâcher l’affaire.

Lire la suite...

jeudi 3 février 2011

Le club des losers.

banderole Coupe de France Roh la looooooose !!! La Coupe de France ne comptait déjà plus que 7 pensionnaires de Ligue 1 au stade des 8e de finale, le tirage au sort avait été clément avec chacun d’entre eux puisqu’ils étaient tous opposés à des équipes d’une division inférieure. Pourtant 3 ont sauté.

Pour qui est-ce le plus la honte ?
Sochaux, sorti à Chambéry (CFA2) en ayant mené 1-0 avant de s’incliner sans prolongation (2-1) ?
Rennes, éliminé (3-4) à domicile au terme d’une prolongation par Reims (presque reléguable en Ligue 2) en encaissant 4 buts après avoir mené 1-0 et obtenu 2 penalties à 3-3 (le premier dans le temps additionnel, le second en tout début de prolongation) sans réussir à en convertir au moins un ?
Nancy, opposé sur son synthétique à l’équipe bis du Mans, et défait 1-2 dans le temps réglementaire en ayant pourtant marqué en premier ?

Il n’y a AUCUNE EXCUSE.

Lire la suite...

dimanche 9 janvier 2011

Alors, tirage facile ? Mouaaaaah !

banderole Coupe de France Par définition les 32e de finale de la Coupe de France sont au nombre de 32, ce qui signifie que 64 équipes étaient en lice, comme les 20 clubs de L1 entraient en compétition lors de ce tour, le calcul est simple, au tirage 44 boules sur 64 contenaient le nom d’une équipe n’appartenant pas à l’élite…

Quand le PSG tombe sur autre chose qu’une Ligue 1 vous entendez systématiquement des tas de réactions se résumant ainsi : la FFF (ou la LFP lorsqu’il s’agit de CdL) trafique les tirages pour favoriser le PSG, qui du coup a tout le temps des tirages faciles. Désopilant.

Cette fois il le tirage au sort s’est effectué en 4 blocs (je n’ai pas compris comment les 4 groupes de 16 boules ont été confectionnés), Paris aurait pu se régaler face à Issy-les-Moulineaux, il a pris une équipe de L1 (Lorient, Brest et Nice étaient les autres mauvais tirages possibles). Sur 32 affiches, seulement 2 opposaient des L1. Résultat, le PSG est de toutes les équipes déjà qualifiées celle qui s’en est sortie avec le plus gros score. Lens a pris cher, je ne pensais pas que ce serait aussi facile même si mes chansons spéciales pour cette rencontre prévoyaient ''la valise, lise lise lise''

Lire la suite...