Mot-clé - slalom parallèle

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 23 février 2016

Swedes in the city.

Enfin ! 3 ans après le dernier City Event de ski alpin, la FIS a enfin réussi à en organiser un nouveau ! Celui de Moscou est de l’histoire ancienne faute de financements semble-t-il, celui de Munich est annulé tous les ans faute de neige, du coup je crois qu’on a bel et bien abandonné l’idée de le relancer.

Le choix de Stockholm offrait des assurances à la fédération internationale. On peut difficilement trouver un site plus approprié. En Suède à cette époque de l’année le risque de ne pas avoir de neige est très faible. Pour ce qui est du financement et de la préparation de la piste, tout est facilité par l’existence d’une colline avec remontées mécanique où les Suédois ont l’habitude d’aller skier, rien à voir avec Moscou où il était nécessaire de tout construire avec des sortes d’échafaudages complexes. J’avoue ne pas savoir si la tribune est permanente ou montée pour l’occasion, mais une chose est sûre : ça faut le coup, il est facile d’attirer du public quand plusieurs de vos athlètes figurent parmi les favoris. Entre 17h et 19h, en nocturne, avec de bonnes conditions météo, une température juste en-dessous de 0°C, sur une neige bien froide, tout était réuni pour assister à un beau spectacle.

Lire la suite...

lundi 3 janvier 2011

Coup de force à Munich.

Munich 1, Annecy 0 (les Coréens aussi). Munich a réussi un très joli coup de force à quelques semaines de la désignation de la ville qui organisera les JO d’hiver en 2018. Les Allemands ont marqué les esprits avec ce slalom parallèle organisé sur la colline qui surplombe le stade olympique (celui où jouait le Bayern jusqu’à il y a quelques années).

J’ai bien aimé ce petit slalom parallèle comptant pour le général de la Coupe du monde, une épreuve calquée sur ce qui se fait en snowboard (2 parcours les 2 concurrents s’élancent, en bas on garde l’écart, il sert au départ de la seconde manche, celui qui était sur le parcours rouge passe sur le tracé bleu et inversement, la porte de celui qui a perdu la première manche s’ouvre avec le retard qu’il avait en bas ou un retard forfaitaire – 0.5s en l’occurrence si en réalité il y avait plus, enfourchement, chute ou sortie de piste – sur son adversaire, le premier arrivé en bas a gagné). Le rendu visuel à la télé était excellent, le succès populaire très impressionnant, en nocturne ça avait encore plus de gueule, et pour ne rien gâcher il neigeait. De la neige en hiver dans une ville qui veut accueillir les JO d’hiver… Normal ? Parce qu’il y avait de la neige à Vancouver ? Y en a-t-il à Pyeongchang ? Un bon point pour la candidature allemande.

Lire la suite...